Categories Pensez mieux

Voici 8 trucs qui pourront vous aider à renforcer votre estime!

Saviez-vous que l’estime de soi pouvait influencer sa santé? On en entend souvent parler, mais de quoi s’agit-il au juste? Afin d’atteindre son plein potentiel et d’optimiser son mieux-être, il est essentiel de miser sur soi.

L’estime de soi se divise en deux concepts : celui de l’efficacité et celui du respect de soi.

  • Efficacité : Il s’agit de la portion de l’estime de soi qui se base sur ce que l’on pense pouvoir accomplir, ce que l’on croit être capable de faire. Il s’agit de la confiance que nous avons en nos habiletés, notre pensée, notre apprentissage. Est-ce que je prends de bonnes décisions? Est-ce que je peux avoir de bons résultats scolaires? Suis-je en mesure de terminer cette tâche? Suis-je à la hauteur de cette équipe sportive ou de cet emploi?
  • Respect de soi : On parle ici de notre perception de nous-mêmes et de ce que nous méritons en tant qu’être humain. Est-ce que je mérite cet amour? cette amitié? ce succès? Suis-je digne de ce bonheur?

Cultiver son estime de soi, c’est se donner la force de développer son potentiel, de se fixer des objectifs de vie puis de les atteindre, de se respecter et de s’affirmer.

En ayant confiance en vous, vous pourrez plus facilement garder le cap sur vos objectifs de mieux-être et développer plus d’outils pour affronter les défis de la vie quotidienne.

Voici donc 8 astuces pour améliorer sa confiance en soi, et par le fait même son bien-être! *

1) Baser notre estime sur des facteurs internes. Il s’agit – et de loin – du plus grand défi de la construction d’une bonne confiance en soi. L’estime de la plupart des gens, sans même qu’ils s’en rendent compte, dépend en majorité de l’extérieur d’eux-mêmes : la carrière, les autres (apparence, approbation, validation), les possessions matérielles, les résultats scolaires, la renommée, le succès, la réputation, l’alcool, la drogue, la nourriture, Facebook, les jeux vidéo, etc. Qui n’a jamais ressenti un p’tit boost de confiance à la suite d’un compliment?

D’ailleurs, c’est justement pour rehausser leur confiance en eux que certains jeunes (et moins jeunes) prennent de la drogue ou plongent dans un univers virtuel.

Lorsque notre confiance en nous ne dépend que de l’extérieur, nous perdons le contrôle sur nous-même et devenons dépendant de ces facteurs. On entre ainsi dans un cercle vicieux, dans lequel on accomplit des actions qui ont pour but d’attirer vers nous ces boosts artificiels. En agissant de la sorte, on augmente nos risques de souffrir de maladies mentales, de stress, d’anxiété et de problèmes d’abus de substances.

En plaçant sa propre valeur à l’extérieur de soi, nous créons un état de manque perpétuel : nous n’en avons jamais assez et ne sommes jamais assez… (Jamais assez de compliments, jamais assez de vêtements, jamais assez d’heures de jeux vidéo, etc.)

Que faire pour construire une estime de soi solide? Se tourner vers soi-même (oui, on sait : plus facile à dire qu’à faire!). Pas évident de devenir indépendant de ce que pensent les autres (que ce soit positif ou négatif).

Pour y parvenir, on doit prendre le temps de regarder à l’intérieur de soi-même et de prendre conscience de sa valeur et sa puissance. La méditation, le yoga, la respiration et la spiritualité sont de bons moyens pour y arriver.

Réduire sa dépendance aux autres pour valider sa personne renforcit ses capacités émotives et sa confiance. Il faudra donc se concentrer davantage sur ses qualités et traits de caractère plutôt que d’attendre un compliment ou une validation. Prenons les devants et faisons-nous des compliments à nous-même!

2) Améliorer sa conscience. Chacun voit la vie à travers ses propres lunettes. Savoir différencier un fait d’une perception (ou interprétation) et d’une émotion est essentiel pour améliorer son estime de soi.

Exemple : J’obtiens 75 % à un examen. Les faits sont : j’ai réussi l’examen, je me trouve au-dessus de la moyenne, l’examen était très difficile. L’interprétation que j’en fais : « Je suis nul, j’aurais dû avoir 95 %, mon ami a eu 80 %. » Les émotions qui en découlent : frustration, déception, perte de motivation et de confiance.

En sachant différencier ces trois concepts, vous enlevez vos lunettes et objectivez la situation.

3) S’accepter. Attention, s’accepter ne veut pas dire ne pas vouloir s’améliorer. En acceptant les raisons d’un comportement ou d’une émotion négative, nous réduisons les chances que la situation se reproduise. S’accepter tel quel permet de trouver la force de s’améliorer à la place d’angoisser sur ses lacunes.

Exemple : Je devais faire une présentation orale pour le travail. J’ai bégayé et oublié plusieurs passages importants en raison de ma timidité. Je m’accepte : « Je suis timide et j’ai de la difficulté à m’exprimer en public. Je devrai trouver un moyen d’améliorer ça. Je m’inscris à des cours de théâtre ou rejoins une équipe d’improvisation. Lors de ma prochaine représentation, je ferai mieux! »

4) S’affirmer. S’affirmer signifie tout simplement d’être ouvertement soi-même. Il n’est pas question ici d’écraser les autres ou d’imposer son opinion, mais bien de défendre ses valeurs. Se lever pour affirmer un désaccord avec une situation renforce sa confiance en soi.

Exemple : Je suis à la plage et la personne devant moi quitte les lieux en laissant ses déchets sur le sable. Je me lève pour lui demander de ramasser. Ce n’est vraiment pas facile, mais je sais à l’intérieur de moi qu’il s’agit de la bonne chose à faire.

5) Se fixer des objectifs de vie. Atteindre un objectif que l’on s’est fixé est excellent pour améliorer son estime de soi. Prenez quelques minutes pour écrire les réponses à ces quelques questions : Quel genre de carrière je veux? Quelles sont les relations idéales pour moi? Quel corps est-ce que je veux (force, souplesse, santé…)? Quelles choses extraordinaires j’aimerais vivre (voir, faire)? Quel genre de spiritualité j’aimerais avoir?

Il suffit ensuite de se fixer des objectifs à court, moyen et long terme (1 semaine, 1 mois, 1 an, 5 ans, 20 ans). On pourra alors faire une liste de ce qui nous manque (qualité, habileté, etc.) et des choses à faire pour atteindre ces objectifs.

Exemple : J’aimerais faire le tour de l’Amérique en Westfalia dans deux ans. Je dois : mettre de l’argent de côté (que je sous-divise en mini-objectifs), demander une sabbatique, acheter le véhicule, vendre ou louer ma maison, entreposer mes biens, planifier un trajet, etc. Je devrai m’améliorer : maîtriser mieux l’anglais, apprendre à cuisiner avec le minimum, etc.

Autre astuce : respecter ses engagements. Envers soi et envers les autres. Comme le dit l’adage : « Les bottines suivent les babines ».

6) Être intègre. Chaque fois que nos gestes s’harmonisent avec nos valeurs et nos principes, on accroît notre estime de soi. Le contraire est aussi vrai.

Exemple : La santé est une valeur importante à mes yeux, mais je fume et ne fais pas d’exercice. Il y a de fortes chances pour que ma confiance en moi soit amoindrie. Au contraire, si je crois que la générosité est une valeur primordiale et que je pars faire un voyage d’aide humanitaire, j’augmente mon estime de soi.

7) S’aimer. Veiller sur soi comme on le ferait sur notre propre enfant nous permet à la fois de nous sentir mieux, mais aussi de réaliser son potentiel : « Rien n’est possible sans courage, persévérance, volonté et sans une énergie qui ne peut venir que de l’amour que l’on ressent pour sa propre vie. » – Anonyme

8) Éviter la pensée magique. Avoir une bonne estime de soi ne signifie pas se croire meilleur que les autres ou penser que l’on ne fait jamais d’erreur. Il s’agit plutôt de croire en notre capacité à détecter nos erreurs et à les corriger. C’est faire preuve de résilience. Aussi, il est important de ne pas surestimer nos capacités et de négliger le travail qui doit être accompli pour atteindre un but.

Exemple : Je suis un bon danseur et participe à un concours de danse. Si je ne travaille pas mon numéro parce que j’ai trop confiance, je risque de perdre et d’être déçu de moi-même.

C’est d’ailleurs un point important lorsque nous voulons aider nos enfants à cultiver leur estime de soi. Il faut mettre l’accent sur leur persévérance et leur travail tout en leur donnant confiance en leurs capacités naturelles.

Notre confiance en soi a un énorme pouvoir sur la façon dont on perçoit les choses et détermine souvent notre réponse devant les défis de la vie. Elle nous fournit la force et la capacité de nous régénérer.

*Librement inspiré des six clés de l’estime de soi de Nathaniel Brandon

Categories Pensez mieux

Voici 8 trucs qui pourront vous aider à renforcer votre estime!

Saviez-vous que l’estime de soi pouvait influencer sa santé? On en entend souvent parler, mais de quoi s’agit-il au juste? Afin d’atteindre son plein potentiel et d’optimiser son mieux-être, il est essentiel de miser sur soi.

L’estime de soi se divise en deux concepts : celui de l’efficacité et celui du respect de soi.

  • Efficacité : Il s’agit de la portion de l’estime de soi qui se base sur ce que l’on pense pouvoir accomplir, ce que l’on croit être capable de faire. Il s’agit de la confiance que nous avons en nos habiletés, notre pensée, notre apprentissage. Est-ce que je prends de bonnes décisions? Est-ce que je peux avoir de bons résultats scolaires? Suis-je en mesure de terminer cette tâche? Suis-je à la hauteur de cette équipe sportive ou de cet emploi?
  • Respect de soi : On parle ici de notre perception de nous-mêmes et de ce que nous méritons en tant qu’être humain. Est-ce que je mérite cet amour? cette amitié? ce succès? Suis-je digne de ce bonheur?

Cultiver son estime de soi, c’est se donner la force de développer son potentiel, de se fixer des objectifs de vie puis de les atteindre, de se respecter et de s’affirmer.

En ayant confiance en vous, vous pourrez plus facilement garder le cap sur vos objectifs de mieux-être et développer plus d’outils pour affronter les défis de la vie quotidienne.

Voici donc 8 astuces pour améliorer sa confiance en soi, et par le fait même son bien-être! *

1) Baser notre estime sur des facteurs internes. Il s’agit – et de loin – du plus grand défi de la construction d’une bonne confiance en soi. L’estime de la plupart des gens, sans même qu’ils s’en rendent compte, dépend en majorité de l’extérieur d’eux-mêmes : la carrière, les autres (apparence, approbation, validation), les possessions matérielles, les résultats scolaires, la renommée, le succès, la réputation, l’alcool, la drogue, la nourriture, Facebook, les jeux vidéo, etc. Qui n’a jamais ressenti un p’tit boost de confiance à la suite d’un compliment?

D’ailleurs, c’est justement pour rehausser leur confiance en eux que certains jeunes (et moins jeunes) prennent de la drogue ou plongent dans un univers virtuel.

Lorsque notre confiance en nous ne dépend que de l’extérieur, nous perdons le contrôle sur nous-même et devenons dépendant de ces facteurs. On entre ainsi dans un cercle vicieux, dans lequel on accomplit des actions qui ont pour but d’attirer vers nous ces boosts artificiels. En agissant de la sorte, on augmente nos risques de souffrir de maladies mentales, de stress, d’anxiété et de problèmes d’abus de substances.

En plaçant sa propre valeur à l’extérieur de soi, nous créons un état de manque perpétuel : nous n’en avons jamais assez et ne sommes jamais assez… (Jamais assez de compliments, jamais assez de vêtements, jamais assez d’heures de jeux vidéo, etc.)

Que faire pour construire une estime de soi solide? Se tourner vers soi-même (oui, on sait : plus facile à dire qu’à faire!). Pas évident de devenir indépendant de ce que pensent les autres (que ce soit positif ou négatif).

Pour y parvenir, on doit prendre le temps de regarder à l’intérieur de soi-même et de prendre conscience de sa valeur et sa puissance. La méditation, le yoga, la respiration et la spiritualité sont de bons moyens pour y arriver.

Réduire sa dépendance aux autres pour valider sa personne renforcit ses capacités émotives et sa confiance. Il faudra donc se concentrer davantage sur ses qualités et traits de caractère plutôt que d’attendre un compliment ou une validation. Prenons les devants et faisons-nous des compliments à nous-même!

2) Améliorer sa conscience. Chacun voit la vie à travers ses propres lunettes. Savoir différencier un fait d’une perception (ou interprétation) et d’une émotion est essentiel pour améliorer son estime de soi.

Exemple : J’obtiens 75 % à un examen. Les faits sont : j’ai réussi l’examen, je me trouve au-dessus de la moyenne, l’examen était très difficile. L’interprétation que j’en fais : « Je suis nul, j’aurais dû avoir 95 %, mon ami a eu 80 %. » Les émotions qui en découlent : frustration, déception, perte de motivation et de confiance.

En sachant différencier ces trois concepts, vous enlevez vos lunettes et objectivez la situation.

3) S’accepter. Attention, s’accepter ne veut pas dire ne pas vouloir s’améliorer. En acceptant les raisons d’un comportement ou d’une émotion négative, nous réduisons les chances que la situation se reproduise. S’accepter tel quel permet de trouver la force de s’améliorer à la place d’angoisser sur ses lacunes.

Exemple : Je devais faire une présentation orale pour le travail. J’ai bégayé et oublié plusieurs passages importants en raison de ma timidité. Je m’accepte : « Je suis timide et j’ai de la difficulté à m’exprimer en public. Je devrai trouver un moyen d’améliorer ça. Je m’inscris à des cours de théâtre ou rejoins une équipe d’improvisation. Lors de ma prochaine représentation, je ferai mieux! »

4) S’affirmer. S’affirmer signifie tout simplement d’être ouvertement soi-même. Il n’est pas question ici d’écraser les autres ou d’imposer son opinion, mais bien de défendre ses valeurs. Se lever pour affirmer un désaccord avec une situation renforce sa confiance en soi.

Exemple : Je suis à la plage et la personne devant moi quitte les lieux en laissant ses déchets sur le sable. Je me lève pour lui demander de ramasser. Ce n’est vraiment pas facile, mais je sais à l’intérieur de moi qu’il s’agit de la bonne chose à faire.

5) Se fixer des objectifs de vie. Atteindre un objectif que l’on s’est fixé est excellent pour améliorer son estime de soi. Prenez quelques minutes pour écrire les réponses à ces quelques questions : Quel genre de carrière je veux? Quelles sont les relations idéales pour moi? Quel corps est-ce que je veux (force, souplesse, santé…)? Quelles choses extraordinaires j’aimerais vivre (voir, faire)? Quel genre de spiritualité j’aimerais avoir?

Il suffit ensuite de se fixer des objectifs à court, moyen et long terme (1 semaine, 1 mois, 1 an, 5 ans, 20 ans). On pourra alors faire une liste de ce qui nous manque (qualité, habileté, etc.) et des choses à faire pour atteindre ces objectifs.

Exemple : J’aimerais faire le tour de l’Amérique en Westfalia dans deux ans. Je dois : mettre de l’argent de côté (que je sous-divise en mini-objectifs), demander une sabbatique, acheter le véhicule, vendre ou louer ma maison, entreposer mes biens, planifier un trajet, etc. Je devrai m’améliorer : maîtriser mieux l’anglais, apprendre à cuisiner avec le minimum, etc.

Autre astuce : respecter ses engagements. Envers soi et envers les autres. Comme le dit l’adage : « Les bottines suivent les babines ».

6) Être intègre. Chaque fois que nos gestes s’harmonisent avec nos valeurs et nos principes, on accroît notre estime de soi. Le contraire est aussi vrai.

Exemple : La santé est une valeur importante à mes yeux, mais je fume et ne fais pas d’exercice. Il y a de fortes chances pour que ma confiance en moi soit amoindrie. Au contraire, si je crois que la générosité est une valeur primordiale et que je pars faire un voyage d’aide humanitaire, j’augmente mon estime de soi.

7) S’aimer. Veiller sur soi comme on le ferait sur notre propre enfant nous permet à la fois de nous sentir mieux, mais aussi de réaliser son potentiel : « Rien n’est possible sans courage, persévérance, volonté et sans une énergie qui ne peut venir que de l’amour que l’on ressent pour sa propre vie. » – Anonyme

8) Éviter la pensée magique. Avoir une bonne estime de soi ne signifie pas se croire meilleur que les autres ou penser que l’on ne fait jamais d’erreur. Il s’agit plutôt de croire en notre capacité à détecter nos erreurs et à les corriger. C’est faire preuve de résilience. Aussi, il est important de ne pas surestimer nos capacités et de négliger le travail qui doit être accompli pour atteindre un but.

Exemple : Je suis un bon danseur et participe à un concours de danse. Si je ne travaille pas mon numéro parce que j’ai trop confiance, je risque de perdre et d’être déçu de moi-même.

C’est d’ailleurs un point important lorsque nous voulons aider nos enfants à cultiver leur estime de soi. Il faut mettre l’accent sur leur persévérance et leur travail tout en leur donnant confiance en leurs capacités naturelles.

Notre confiance en soi a un énorme pouvoir sur la façon dont on perçoit les choses et détermine souvent notre réponse devant les défis de la vie. Elle nous fournit la force et la capacité de nous régénérer.

*Librement inspiré des six clés de l’estime de soi de Nathaniel Brandon

Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux, Mangez mieux, Pensez mieux

10 choses qui vous empêchent d’être vraiment en santé

Si vous lisez ce blogue, c’est que votre bien-être vous importe.

Le corps est naturellement conçu pour être en santé. Il cherche constamment à se guérir et s’harmoniser. Mais nous n’agissons pas toujours dans son intérêt, parfois même sans le savoir. Si vous lui fournissez les bons outils, votre corps sera en mesure de se réparer et se réguler par lui-même, et vous le ressentirez : plus d’énergie, un meilleur sommeil, une plus grande confiance, de la motivation, une force nouvelle, du positivisme, etc. Dans cet article, découvrez 10 choses qui vous empêchent d’être vraiment en santé.

1. La sédentarité

Le manque d’activité physique est un véritable fléau des temps modernes. L’humain est programmé pour bouger, mais le mode de vie contemporain l’incite à demeurer assis de nombreuses heures.

Les recherches démontrent que la position assise prolongée (environ six heures par jour) serait aussi dangereuse pour la santé que la cigarette. Pire, il faudrait entre 60 et 75 minutes d’exercice physique à intensité modérée quotidiennement pour seulement contrer les effets de la position assise prolongée.

Le manque d’activité physique n’occasionne pas seulement des douleurs musculo-squelettiques comme les maux de dos, les maux de cou ou les maux de tête. La sédentarité nuit à tous les systèmes : nerveux, digestif, cardio-vasculaire, hormonal, respiratoire, etc.

La plupart des gens mangent, travaillent, se déplacent et se divertissent assis. Pour contrer cette sédentarité, assurez-vous de bouger tous les jours : une simple marche sur l’heure du lunch, du jardinage, un cours de Zumba, de la natation, etc.

Si c’est possible, optez pour un bureau assis-debout qui vous permet de varier les positions de travail (encore mieux si vous y glissez un tapis roulant dessous, pour marcher ou courir pendant le boulot). Pourquoi ne pas faire des exercices au sol pendant que vous écoutez votre série préférée?

2. Les abus

Que ce soit l’alcool, la drogue, les médicaments, les temps d’écran, la nourriture ou même le sport, les abus entraînent un déséquilibre de votre système, qui doit redoubler d’ardeur pour remédier à la situation.

Veillez à ne pas faire d’abus trop fréquents, vous donnerez une chance à votre corps de s’harmoniser. Vous avez fait un écart? Portez une attention particulière à vos habitudes dans les jours qui suivent : reposez-vous, mangez bien et hydratez-vous suffisamment.

3. Les toxines

Les produits chimiques et synthétiques potentiellement toxiques sont partout. Ils s’accumulent dans les tissus, perturbent le système hormonal, favorisent le développement de certains cancers, sont reliés à l’apparition de plusieurs maladies neurodégénératives, influencent le développement et le comportement des enfants et bien plus encore.

Ils prennent diverses formes : parfums, agents de conservation, colorants alimentaires, agents texturants, pesticides, métaux lourds, etc. On les retrouve dans les aliments d’agriculture traditionnelle, les plats préparés ou transformés, les produits cosmétiques, les produits ménagers, les médicaments, les chandelles parfumées, les éliminateurs d’odeur, les produits pour la lessive, les plastiques de mauvaise qualité, les poêles antiadhésives, l’air ambiant, l’eau potable, l’environnement, etc. Bref, les toxines sont partout.

Pour mieux contrôler les produits toxiques qui entrent dans votre maisonnée, lisez les étiquettes, choisissez des produits dont la liste d’ingrédients est la plus courte possible et référez-vous au site de l’Environmental Working Group (EWG), qui répertorie les composés chimiques réputés nuisibles à la santé ou soupçonnés de l’être. www.ewg.org

4. Le stress

Ce n’est pas le stress occasionnel qui est néfaste pour la santé; au contraire, il est essentiel à la survie. Toutefois, lorsqu’il devient chronique, le stress entraîne une sécrétion trop élevée de cortisol, pouvant mener à l’épuisement systémique. Le corps se retrouve dans un été d’alarme constant, épuise ses ressources et a de plus en plus de difficulté à se guérir et se réguler.

Le stress chronique peut faciliter l’apparition de maladies cardiaques, de diabète, de troubles digestifs, d’infections, etc. Il a certes un impact sur notre santé physique, mais il peut aussi affecter notre santé mentale. Des études ont démontré un lien clair entre le niveau de stress et la dépression, l’anxiété et des troubles de la mémoire.

Tentez de réduire vos sources de stress (un emploi qui vous draine, un mariage à la dérive, etc.) et utilisez des techniques pour gérer le stress résiduel : méditation, yoga, respiration, activité physique, lecture, dessin, etc.

5. Les carences nutritionnelles

Pour fonctionner de façon optimale, le corps doit recevoir en quantité suffisante vitamines, minéraux et autres nutriments comme les oméga-3 et les antioxydants.

Une carence peut aisément survenir malgré une alimentation saine et variée. Malheureusement, l’agriculture intensive a dépouillé bon nombre de légumes de leurs minéraux. De plus, il est très difficile de connaître la quantité exacte de chacun des nutriments que nous avons consommés chaque jour, à moins de tenir rigoureusement un journal alimentaire. Selon une étude récente, nous devrions manger du poisson tous les jours pour obtenir une dose correcte d’oméga-3.

Les carences en vitamines et minéraux peuvent être subtiles : les tests sanguins ne sont pas révélateurs, à moins de souffrir d’une déficience majeure, et les symptômes associés sont souvent généraux (fatigue, douleurs musculaires, digestion lente, brouillard mental, etc.).

Pour diverses raisons, certains suppléments sont plus pertinents que d’autres, citons par exemple le magnésium, le zinc, les oméga-3, la vitamine B12 (chez les végétariens) et la vitamine D (en hiver surtout). Informez-vous auprès d’un professionnel de la santé dont l’approche en produits de santé naturels vous convient.

6. Un système digestif détraqué

Au cours des dernières années, les études qui ont permis de faire un lien clair entre la santé digestive et la santé générale sont de plus en plus nombreuses. Quand on y pense, c’est logique : la digestion est un système de nutrition ET d’élimination, deux processus particulièrement importants, n’est-ce pas? Choisir ce dont on a besoin pour fonctionner et bien éliminer le reste pour éviter de s’intoxiquer.

Mais avoir un système digestif sain n’est pas toujours facile. D’abord, la flore intestinale (les bactéries qui colonisent notre tube digestif), ou microbiote, doit être équilibrée. Les antibiotiques, le stress et la malbouffe sont parmi les plus grands perturbateurs de cet équilibre. Pour favoriser la présence de bonnes bactéries, qui ont un impact important sur les systèmes immunitaire et nerveux, optez pour une alimentation saine, des suppléments de probiotiques, des prébiotiques et probiotiques naturels (choucroute, kimchi, yogourt, kéfir, kombucha, grains entiers, etc.) et évitez les agents antibactériens (savon à main, produits nettoyants…) tout comme (autant que possible) les antibiotiques.

Une autre dimension de la santé intestinale est la présence d’intolérances alimentaires. Elles sont fréquentes et souvent difficiles à détecter; le lien entre l’aliment et les symptômes n’est pas toujours évident. Si vous souffrez de problèmes digestifs récurrents ou chroniques, songez à tenir un journal alimentaire pour cibler les intolérances potentielles (gluten, produits laitiers, protéines bovines, œufs, etc.). Une intolérance alimentaire provoque généralement de l’inflammation intestinale chronique, ce qui peut perturber l’équilibre hormonal et réduire la résistance au stress.

7. Un mauvais sommeil

Insomnie, cauchemars, mauvaises habitudes de vie ou de sommeil, déséquilibre hormonal, douleurs ou conjoint ronfleur : les raisons derrière la privation chronique de sommeil sont nombreuses.

Un manque de sommeil perturbe l’équilibre du corps et entraîne des conséquences néfastes sur la santé globale: affaiblissement du système immunitaire, fatigue, perte de concentration, troubles de l’humeur, prise de poids, etc.

Le sommeil est essentiel pour le cerveau, qui profite de cette période pour se nettoyer. Une déficience en sommeil provoque souvent du brouillard mental et de la confusion. Lorsque cette déficience devient chronique, elle augmente les risques de développer des maladies telles que le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, certains cancers, les maladies cardio-vasculaires, etc.

Adoptez un horaire de sommeil fixe, évitez les stimulants et les écrans en soirée et consultez un chiropraticien si des douleurs vous empêchent de dormir.

8. Une fonction nerveuse déficiente

« Tous vos organes sont connectés à celui qui se trouve sous votre chapeau. » Il s’agit d’une phrase de BJ Palmer, un des grands pionniers de la chiropratique. Ce qu’il entend par là, c’est que le système nerveux est celui qui contrôle tous les autres. Il est le grand responsable de la régulation, de l’harmonie et de la guérison du corps.

Lorsque la fonction nerveuse n’est pas optimale, le corps n’est pas en mesure de s’adapter adéquatement aux stress et aux changements, de se guérir, de bien choisir ses nutriments, de bien éliminer, de bien dormir, etc.

La subluxation vertébrale, la dysfonction biomécanique et neurologique d’une articulation vertébrale, est une des grandes responsables d’un système nerveux sous-performant. Les chiropraticiens sont les seuls professionnels de la santé formés pour détecter et corriger les subluxations vertébrales. Ils permettent au système nerveux de fonctionner à son meilleur, ce qui a donc un impact positif important sur tous les autres systèmes du corps et, par le fait même, sur la santé globale. Consultez un chiropraticien régulièrement pour éviter les conséquences néfastes de la subluxation vertébrale.

9. Des relations malsaines

L’environnement social dans lequel nous évoluons est intimement lié à notre état de santé. Une relation amoureuse malsaine peut rapidement influencer notre santé mentale, ce qui aura inévitablement des conséquences sur notre santé physique.

Même si vos relations sont harmonieuses, vous êtes en droit de vous demander si elles sont bénéfiques. Vous pourriez très bien vous entendre avec votre mère, par exemple, parce que vous n’exprimez pas vos sentiments ou vos besoins. Que découle-t-il de vos discussions : de la colère, de la rancœur, de la tristesse?

Le type de personnes que nous fréquentons influence nos comportements, nos actions, nos décisions et même nos pensées. Votre sœur se plaint constamment de tout dans la vie? Comment son négativisme vous affecte-t-il? Au contraire, une amie a un style de vie sain qui vous inspire, se pourrait-il qu’elle vous incite à faire des modifications?

Apprenez à reconnaître les individus qui vous élèvent de ceux qui vous tirent vers le bas. Choisissez de fréquenter des personnes auxquelles vous aimeriez ressembler. Respectez-vous dans vos relations et ne laissez personne prendre le pouvoir sur qui vous êtes, sur votre vie ou sur votre santé. VOUS êtes la personne la plus importante pour vous-même.

10. Des émotions rebelles

Ah! Les émotions. Si certaines personnes parviennent aisément à en faire la gestion, la plupart des gens en sont plutôt les victimes. Savoir reconnaître et gérer ses émotions peut être tout un contrat, mais il s’agit d’un contrat payant!

Nos émotions dictent nos pensées, nos décisions et nos actions. Il est donc tout à votre avantage d’apprendre à les comprendre et à les contrôler. Il existe plusieurs façons de le faire : certains choisiront des méthodes de relaxation comme la méditation, la prière ou la respiration consciente alors que d’autres opteront pour une visite régulière chez le psy.

Quelques huiles essentielles, comme la lavande, le bois de cèdre ou le vétiver, sont reconnues pour leurs effets apaisants sur le système limbique (le centre de contrôle des émotions).

Il existe des tonnes d’ouvrage sur la gestion des émotions, demandez conseil auprès d’un libraire, d’un bibliothécaire ou même de votre chiropraticien. 😉 Psst… Vous cherchez à aider votre enfant à reconnaître ses émotions? Le film de Disney/Pixar Sens dessus dessous est une magnifique porte d’entrée à la discussion.

Les 6 sphères à considérer

Bien sûr, l’alimentation et l’activité physique ont beaucoup à voir avec le bien-être et l’équilibre, mais l’humain est complexe et plusieurs autres facteurs peuvent influencer son état général. Pour exprimer pleinement la santé, il est important de considérer tous les aspects de sa vie (alimentation, mouvement, repos, pensée, environnement et connexion nerveuse) et de travailler sur chacune de ces sphères.