Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux

3 bonnes raisons d’intégrer l’entraînement fonctionnel à votre quotidien

L’entraînement physique a gagné en popularité depuis quelques années. Qu’il se fasse en salle, en groupe ou seul à la maison avec une plateforme web, une multitude d’exercices sont proposés. L’entraînement physique de type fonctionnel ressort de plus en plus du lot et cet article vous permettra de comprendre en quoi il consiste tout en mettant l’emphase sur l’impact positif qu’il peut avoir au quotidien.

Bouger au quotidien n’est plus une option!

Ce n’est plus un secret pour personne : l’activité physique procure une multitude de bienfaits sur la santé globale :

  • Favorise la pensée positive et le sentiment de bien-être global
  • Réduit le stress
  • Aide au fonctionnement des capacités cardiovasculaires
  • Lorsque pratiquée en groupe, aide à l’intégration sociale et au développement de la collaboration entre les participants
  • Favorise une qualité de sommeil optimale
  • Favorise le maintien de l’énergie au quotidien

En contrepartie, l’inactivité physique serait liée à un risque de décès prématuré, de maladies chroniques et d’invalidité.

L’ère dans laquelle on vit peut parfois sembler contradictoire dans les messages qu’elle véhicule. L’importance de la santé physique est mise à l’avant-plan, certes, mais nous sommes également confrontés à une nombreuses pratiques et habitudes qui restreignent notre objectif d’atteindre une santé optimale.

L’équilibre est toujours ce qu’il y a de mieux, et l’article d’aujourd’hui vous permettra sans aucun doute de faire pencher la balance vers l’adoption de saines habitudes de vie. Via l’entraînement fonctionnel, vous développerez des aptitudes physiques optimales et rendrez votre quotidien encore plus facile! De plus, ce sera un moyen facile d’intégrer les 150 minutes d’activités physiques d’intensité moyenne à élevée par semaine recommandées par Santé Canada!

L’entraînement fonctionnel : un choix gagnant en 3 points

Ce type d’entraînement physique gagne en popularité puisqu’il intègre plusieurs mouvements à la fois, assure le maintien de la masse musculaire et stabilise les articulations.

1. Intégration de différents mouvements en même temps

L’objectif, ici, est de favoriser la pratique de mouvements qui se rapprochent le plus possible de ceux effectués au quotidien. C’est la force première de ce type d’entraînement. De plus, contrairement à l’entraînement en force classique où l’on se retrouve souvent assis ou en posture statique, le corps est toujours en mouvement.

Pensez simplement aux régions impliquées lorsque vous devez prendre un objet situé en hauteur :

  • Les pieds se pointent, ce qui demande un bon équilibre
  • Le ventre se contracte afin de maintenir la posture et éviter un débalancement
  • Un bras prend appui sur le comptoir pour assurer une stabilité
  • L’autre bras se tend vers le haut pour prendre l’objet

Évidemment, il ne s’agit pas du mouvement le plus complexe à effectuer dans une journée, mais cet exemple est idéal pour démontrer à quel point toutes les parties du corps doivent travailler en synergie afin de le rendre fonctionnel, et ce, en tout temps.

2. Assure le maintien de la masse musculaire

Le maintien de la masse musculaire est essentiel à une santé optimale. Les muscles forts permettent entre autres :

  • Le maintien d’une posture optimale
  • La stabilisation du squelette
  • Le mouvement optimal des articulations
  • Conjointement avec le squelette, ils protègent les organes internes

Avec l’âge, la masse musculaire, tout comme la densité osseuse, diminue. Toute forme d’entraînement physique impliquant la mise en charge de la musculature sera bénéfique pour assurer un capital musculaire et osseux optimal malgré le processus de vieillissement. L’entraînement fonctionnel n’est pas le seul qui permet la mise en charge, mais comme il stimule plusieurs muscles et articulations à la fois, il est de loin le plus recommandé!

Des muscles forts et puissants permettent des mouvements optimaux et stabilisent le squelette. Comme le vieillissement ralentit le métabolisme et que la densité osseuse diminue, la posture peut changer avec le temps. En conséquence, les muscles aident au maintien du squelette dans l’espace. Une belle complémentarité!

3. Stabilise les articulations

Les articulations permettent le mouvement du corps humain en reliant 2 os ensemble. Elles sont constituées de différentes structures :

  • Os
  • Ligaments
  • Tendons
  • Capsule articulaire (pour la plupart)

Comme mentionné au point précédent, un muscle fort et puissant aide au maintien du squelette. Les articulations jouent ce rôle également puisqu’elles relient les os ensemble.

La corrélation est facile à faire :

  • Le muscle fort et puissant assure sa propre fonction.
  • Le muscle, avec son tendon, s’insère sur l’os.
  • Lorsque le muscle se contracte, l’os bouge via l’articulation.
  • Une articulation qui fonctionne optimalement permettra un mouvement optimal.

Si l’exercice physique aide au capital musculaire et osseux, il permet aussi aux articulations de préserver leur mouvement. Un avantage non négligeable, n’est-ce pas?

Comment créer un mouvement fonctionnel

Les muscles sont en constante adaptation. L’entraînement fonctionnel travaille de concert avec cette adaptation afin de permettre au corps de fonctionner optimalement, et ce, dans tous les axes de mouvement.

Les exercices fonctionnels vont reproduire des mouvements qui utilisent plus d’un axe à la fois. Le résultat :

  • Stimulation des muscles stabilisateurs
  • Renforcement des muscles les plus sollicités au quotidien
  • Amélioration de l’équilibre
  • Amélioration de la posture
  • Meilleure adaptation aux forces externes (débalancements inattendus, contrecoup)

Avant de débuter toute forme d’exercice, il est primordial de vous assurer que votre état de santé le permette. Votre chiropraticien est en mesure de vous aider en ce sens. Avec ses capacités à évaluer et diagnostiquer des conditions neuromusculosquelettiques, il pourra établir les bases de votre santé neurovertébrale et même déterminer quels exercices fonctionnels pourraient vous être bénéfiques.

En voici quelques exemples :

  • Gobelet squat
    En ajoutant un poids et en le tenant dans les mains, plusieurs régions sont sollicitées en même temps. Les abdominaux sont contractés et le fait de garder la posture droite est un excellent moyen de travailler les stabilisateurs.
  • Farmer’s carry
    Tel un fermier qui transporte ses charges dans un champ, ce mouvement est un exemple parfait d’un exercice fonctionnel qui reproduit des situations de la vie quotidienne. Tout est stimulé en même temps!

  • Bear crawl
    Bien qu’on ne marche pas de cette façon au quotidien, cet exercice sollicite une multitude de groupes musculaires, entre autres les stabilisateurs et les abdominaux. Essayez-le, vous verrez à quel point il peut être exigeant!

Ces 3 exercices ne sont que quelques exemples, car la liste est bien plus longue et variée en fonction des capacités physiques de chacun. N’hésitez pas à en discuter avec votre chiropraticien, et il pourra également vous orienter vers un autre professionnel de la santé afin de collaborer et ainsi améliorer votre état de santé globale!

 

Sources, telles que consultées le 27 septembre 2023
https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/vie-saine/activite-physique.html
https://www160.statcan.gc.ca/health-sante/physical-activity-activite-physique-fra.htm

Categories Fonctionnez mieux

L’arrivée du beau temps : 5 astuces santé pour optimiser votre vitalité.

Ça y est! La chaleur printanière s’est installée au cours des derniers jours! Si pour certains, les tempêtes de neige ont été synonymes de journées au grand air, pour d’autres, elles ont plutôt été associées aux mois les plus inactifs de l’année. Bien que l’apparition de la verdure soit un signe de renouveau, le changement de saison peut comporter certains défis. Dans cet article, vous découvrirez comment optimiser l’arrivée du beau temps en découvrant nos 5 astuces santé.

1. C’est assez, l’hibernation! Stimulez votre système cardiovasculaire!

Si vous faites partie de ceux qui n’ont pas été actifs de l’hiver, il est possible que le raclage du terrain et le balayage de rue vous semblent exigeants. Sachant que vous n’y échapperez pas, soyez astucieux et prévoyez le coup!

Stimulez graduellement votre système cardiovasculaire et ajoutez des pas à votre journée en prévision des corvées printanières et des activités estivales :

  • Chaque jour, sortez marcher une quinzaine de minutes
  • Privilégiez les escaliers
  • Stationnez votre voiture plus loin qu’à l’habitude
  • Descendez de l’autobus un arrêt avant
  • Inscrivez-vous au club de marche local
  • Lorsque votre enfant est à l’entraînement de hockey, profitez-en pour sortir marcher ou arriver 5 minutes avant et profiter du plein air.

* Bonus : Lorsque vous vous sentirez prêts, augmentez la vitesse ou intégrez des intervalles.

La marche ne vous interpelle pas nécessairement? Voici des suggestions fort intéressantes pour stimuler vos capacités cardiovasculaires :

  • Natation
  • Vélo
  • Danse
  • Badminton
  • Yoga
  • Pilates

Bien que le printemps soit grandement avancé, il n’est pas trop tard pour commencer! Allez hop!

2. Des exercices musculaires ultras simples pour vous supporter au quotidien

Il serait utopique de penser à racler un terrain sans en subir les conséquences physiques le lendemain. Même les gens actifs se réveillent avec des courbatures après une telle corvée. Pensez tout de même à préparer votre corps en vous assurant d’un bon tonus musculaire.

  • Exercices avec des bandes de résistance
  • Exercices avec des poids libres
  • Exercices utilisant le poids du corps (push-ups, lunges, squats, abdominaux)

N’oubliez pas que l’activité physique pratiquée régulièrement n’apporte que des bienfaits :

  • Procure de l’énergie
  • Réduit le stress
  • Nous rend plus forts
  • Prolonge l’autonomie à mesure que nous vieillissons
  • Aide à prévenir des maladies chroniques (cancer, obésité, hypertension, maladies du cœur, diabète de type 2)

3. Vous voulez travailler efficacement? Préparez-vous adéquatement!

Vous prévoyez faire partie de la vague et créer votre propre jardin? Fantastique! Le jardinage est un excellent moyen pour profiter du grand air, être actif et manger des aliments savoureux. Avant de débuter, et même si vous êtes des habitués, prévoyez rendre votre passe-temps agréable et sécuritaire :

4. Ayez une vision globale et à long terme de votre santé

C’est très connu : après les résolutions du Nouvel An, l’approche de l’été est sans aucun doute le moment de l’année où la santé redevient subitement une priorité. Comme s’il fallait être prêt pour l’été depuis la veille.

Mais comment échapper à ce stress superflu et faire de sa santé une priorité au quotidien? Voici nos réflexions sur le sujet :

  • Sans objectif clair, les attentes ne peuvent être comblées.
    Attention : il n’est pas question de distance de course, de nombre de pas dans une journée ou de poids à perdre. Il est question de prise de conscience quant à l’importance de la santé.
    En ayant comme objectif de faire des choix de vie sains qui optimisent la santé au quotidien, le reste suit inévitablement. Qu’on soit le 26 décembre, le 1er janvier ou le jour de notre anniversaire, ça n’a pas d’importance tant qu’on fait les bons choix et qu’on les assume. À partir de ce moment, l’objectif est clair et l’arrivée du printemps n’est que la poursuite des décisions qui ont été prises pour les bonnes raisons. Fini, le stress
  • Soyez dans l’acceptation
    Nous pourrions aussi dire: soyez indulgents. Foncer à tête baissée dans un projet ne donne pas toujours les résultats escomptés. Penser qu’il n’y aura pas d’embûches en lien avec la constance, la motivation et la persévérance n’est pas ce qu’il y a de plus réaliste.
    Essayez de voir l’optimisation de la santé comme un processus : un jour à la fois, avec plaisir et légèreté. On bouge pour le plaisir, on travaille la musculature pour préserver notre autonomie et on mange sainement pour se construire une santé. Pas pour correspondre à des standards non essentiels.

5. Veillez à consulter votre chiropraticien pour optimiser votre santé

Votre chiropraticien est un allié important à considérer dans l’optimisation de votre santé et ce, il se fera un devoir de vous guider à l’arrivée du printemps si vous en avez besoin, mais sachez que son expertise peut vous être bénéfique tout au long de l’année!

  • Puisqu’il a comme objectif d’optimiser votre santé globale, l’analyse de votre colonne vertébrale lui permettra d’évaluer la présence de subluxations vertébrales. Il pourra par la suite effectuer des ajustements vertébraux pour favoriser le mouvement des vertèbres.
  • Son expertise lui permet d’évaluer, diagnostiquer et traiter les conditions neuromusculosquelettiques. À la venue du printemps, il peut vous aider à élaborer avec vous un plan de match qui vous permettra d’optimiser votre santé neurovertébrale et vous supporter dans la pratique de vos activités.
  • Ses compétences lui permettent d’évaluer votre posture et déterminer si certains exercices doivent être proposés afin d’optimiser votre santé. Débutant? Athlète? Sportif amateur? Sédentaire? Chaque situation est unique et nécessite un suivi personnalisé.
    • Exercices d’étirement
    • Exercices de renforcement
    • Exercices de stabilisation
    • Exercices posturaux

Que de bénéfices en vue d’une santé optimale!

En espérant que les prochaines semaines vous permettent de faire des choix qui vous aideront pour très longtemps!

 

Sources telles que consultées le 9 mai 2022
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/etre-actif/votre-sante-activite-physique.html

Categories Fonctionnez mieux

Les 10 astuces pour jardiner sans se blesser

Le dos de Marguerite était bien heureux que l’hiver se termine : fini le pelletage! Mais il n’avait pas venu venir son autre bête noire : le jardinage!

Le jardinage, ce n’est pas un doux passe-temps pour retraité : c’est tout un sport! Nous dépenserons près de 300 calories à l’heure en creusant, labourant, transportant, semant et arrosant nos belles plantes. L’équivalent d’environ une heure de marche rapide. Pas mal.

Pour éviter de se blesser au dos, Marguerite a intérêt à porter une attention particulière à la façon dont elle s’y prendra pour cultiver son potager et embellir sa plate-bande.

Avant de jardiner, Marguerite devra :

S’échauffer. Pour s’échauffer correctement, il suffit de se mettre en mouvement.

Pourquoi ne pas commencer par une petite marche active : en balançant les bras, avec des enjambées assez importantes et d’un bon pas ?

On poursuit avec quelques rotations du cou, des épaules, du tronc et des chevilles. Pour terminer avec une petite série d’étirements.

Porter des vêtements adéquats. Des vêtements longs et amples (ou extensibles) sont parfaits pour le jardinage. Ils nous protègent du soleil et des insectes, tout en nous permettant de bouger librement.

Pour éviter les ampoules et autres blessures, il est recommandé de porter des gants.

Pendant qu’elle jardine, Marguerite devra :

Utiliser les bons outils. La brouette est un indispensable pour transporter tous les sacs de terre et de compost. On la choisit à 2 roues pour éviter les déséquilibres.

Les genouillères permettront de travailler confortablement à genoux, plutôt que de se pencher.

Le boyau d’arrosage est préférable à l’arrosoir. Posséder une bêche pourrait être bien utile pour retourner la terre et retirer les mauvais herbes en conservant une posture droite.

Varier les tâches régulièrement. Le dos n’aime pas les positions prolongées. Il est préférable de changer de tâches aux 15 à 30 minutes environ. Une façon facile de plaire aux articulations et aux muscles les plus sollicités.

Faire des pauses régulièrement. Si on varie les tâches, on peut espacer un peu les pauses. Par contre, si on n’a d’autres choix que de rester dans une même position plus de 15 minutes, on se lève et on fait quelques étirements.

Pourquoi ne pas respirer un bon coup tant qu’à y être! Ça va oxygéner les muscles et améliorer notre qualité de présence. Ne dit-on pas du jardinage qu’il est méditatif?

S’hydrater. Particulièrement par temps chaud et ensoleillé, il est essentiel de boire suffisamment d’eau. Nous perdons beaucoup d’eau par la sueur et la déshydratation augmente les risques de souffrir d’un malaise et d’une blessure.

Bouger adéquatement. On plie les genoux plutôt que de se pencher. Pour pelleter, le principe est le même qu’avec la neige.

On demande de l’aide au besoin. Un voisin ou un ami pour venir nous donner un coup de main pour les tâches plus difficiles comme soulever les sacs de terre, étendre de la roche ou transporter des pierres.

Après le jardinage, Marguerite devra :

S’étirer. La même série d’étirements à la fin d’une grosse journée de jardinage pourra réduire les courbatures et favoriser une bonne récupération.

Vérifier qu’elle a un bien un rendez-vous prévu avec son chiro. Les tâches intenses et ponctuelles (que l’on fait de façon intensive mais seulement quelques fois par année) entraînent plus de risques de blessures.

Le jardinage, le pelletage, le nettoyage des gouttières et le cordage de bois en font tous partie.

Consulter son chiropraticien pour une vérification de routine est une excellente décision afin de s’assurer que notre colonne vertébrale et nos autres articulations demeurent alignées et mobiles.

Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux

7 fabuleux exercices de stabilité du tronc pour prévenir les douleurs au dos

Vous êtes sujets aux maux de dos?

Bien que vous adorez votre chiro, vous préfèreriez le consulter mensuellement pour optimiser votre santé plutôt que chaque semaine pour soulager votre douleur qui réapparaît sans cesse, n’est-ce pas?

Un des secrets pour soulager et prévenir les maux de dos est le renforcement de la stabilité du tronc.

On en parle beaucoup dans le monde de l’entraînement fonctionnel; peut-être que des noms tels que « core training » ou encore « gainage » vous sont plus familiers?

La gaine est un ensemble de muscles qui maintient la stabilité du tronc lors du mouvement. Elle assiste les différents mouvements ainsi que les postures statiques.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la gaine ne se limite pas qu’aux abdominaux.

Les muscles de la gaine aussi appelés stabilisateurs du tronc

1. Les abdominaux

a) Les grands droits : ce sont les plus superficiels, il s’agit du fameux 6-packs. Ils initient la flexion du tronc. Même s’il est le plus connu des muscles abdominaux, il ne contribue que très peu, voire pas du tout à la stabilisation du tronc, contrairement à ce qu’on pourrait croire.
b) Les obliques : ils se situent sur les côtés et permettent la flexion latérale (sur le côté) et avant du tronc.
c) Le transverse : c’est le plus profond. Il enveloppe l’abdomen des côtés vers l’avant. Sa contraction subtile se produit avant même l’initiation du mouvement. Il est souvent endormi, particulièrement chez les femmes qui ont accouché. Son rôle principal est de gainer les organes.

2. Les extenseurs du tronc ou les érecteurs du rachis

Ce sont les muscles qui longent la colonne vertébrale de chaque côté. Ils permettent l’extension du tronc (se pencher vers l’arrière). Ils sont superficiels et très sollicités.

3. Les stabilisateurs

Les multifides sont de tout petits muscles profonds qui relient les vertèbres les unes aux autres. Ils permettent une grande stabilité pour une dépense énergétique faible. Le carré des lombes quant à lui, est, comme son nom l’indique un carré qui va des côtes au bassin de chaque côté de la colonne. Il contribue au mouvement de flexion latérale.

4. Les muscles des hanches et du bassin

a) Les fessiers : ils sont très gros, souvent sollicités et compensent la plupart du temps pour la faiblesse des muscles profonds. D’où leurs spasmes fréquents qui contribuent aux douleurs sciatiques.
b) Le plancher pelvien : il s’agit d’un ensemble complexes de muscles qui a pour fonction de retenir les organes à l’intérieur de la cavité abdominale et stabiliser le tronc notamment. Affaiblis, ils peuvent entraîner de l’incontinence et une descente d’organes.

Tous ces muscles travaillent en synergie, ils ont chacun leur fonction et permettent de conserver la stabilité du tronc lors de mouvements.

Les avantages d’une stabilité du tronc optimale

  1. Réduire les risques de blessures traumatiques
  2. Soulager et prévenir les douleurs au dos et au cou
  3. Réduire les risques de chronicité et de récidives de douleurs lombaires (avoir toujours mal au dos ou de plus en plus souvent)
  4. Améliorer la posture (la faiblesse des stabilisateurs entraîne la posture voûtée)
  5. Améliorer les performances sportives
  6. Améliorer la capacité respiratoire
  7. Améliorer l’apparence physique

Routine de stabilisation du tronc (gainage)

Une routine rapide d’exercices spécifiques pourra rapidement faire une différence dans la gestion de votre douleur au dos. Combinée aux soins chiropratique, cette série d’exercices favorisera un rétablissement rapide et durable de votre problème lombaire.

Soyez patients, cette routine devrait débuter après la phase de soins de soulagement (en phase de correction), lorsque la période de douleur aiguë est terminée.

Tous les exercices doivent être faits LENTEMENT et doivent être combinés à une respiration lente et profonde.

Cet entraînement de stabilisation du tronc (core training) convient parfaitement aux débutants. Toutefois, si une douleur apparaît ou s’aggrave, il est préférable de consulter votre chiropraticien pour qu’il vous aide à adapter l’exercice à votre état.

Respectez toujours les limites de votre corps, soyez à l’écoute. N’hésitez pas à visionner des vidéos tutoriels pour plus de précisions.

1) La planche basse (Low planck)

La planche basse s’exécute sur les avant-bras.
Commencez dans une position à 4 pattes et descendez sur les avant-bras.
Gardez les coudes alignés avec les épaules.
Étendez les jambes derrière en gardant appui sur les orteils ou les genoux selon votre capacité.
Bien pousser sur les coudes pour garder le haut du dos engagé.
Il est important de conserver une ligne droite entre la tête et les jambes, tout en gardant la courbe naturelle du bas du dos.
Pensez à allonger la colonne vertébrale.
Gardez la tête alignée avec la colonne, regardez le bout de vos doigts.
Conservez la position aussi longtemps que possible en mettant le focus sur la contraction de vos abdominaux (rentrez le nombril).
Gardez les épaules loin des oreilles, détendez la mâchoire.
Respirez en engageant les abdominaux!

2) Le pont (Bridge ou demi-pont)

Couchez-vous sur le dos.
Imprimez le haut du dos et les bras sur le sol.
Positionnez vos pieds à la largeur du des hanches.
À l’expiration, soulevez les fesses du sol en dépliant les hanches vers le ciel.
Prenez appui sur la plante des pieds et le haut du dos.
Conservez la position aussi longtemps que possible.
Attention de ne pas laisser les fesses s’affaisser.
Respirez en engageant les abdominaux!

3) Le chat (+ chameau)

Commencez en position 4 pattes.
Placez les mains à la largeur des épaules et les genoux à la largeur des hanches.
Creusez le dos en inspirant profondément et en relevant la tête.
En expirant, dirigez-vous vers un dos rond (chameau).
Engagez les abdominaux.
Regardez au sol.
Revenez à la position initiale en creusant légèrement le dos.
Répétez 10 à 15 fois en conservant une respiration profonde et lente.

4) L’extension croisée (Bird Dog)

Commencez dans la position à 4 pattes.
Placez les mains à la largeur des épaules et les genoux à la largeur des hanches.
Pour cet exercice, il est important d’engager les abdominaux (le transverse principalement) et le plancher pelvien afin de stabiliser le bassin en position neutre (à mi-chemin entre le chat et le chameau de l’exercice #3), pensez à rentrer le nombril.
Allongez la colonne vertébrale.
En inspirant, levez lentement une jambe et le bras opposé.
Tenez la position 10 secondes.
En expirant, revenez à la position initiale.
Répétez de l’autre côté.
Faire 5 à 10 répétitions.
Si vous avez de la difficulté, commencez avec un seul membre (bras ou jambe).

Pour une démonstration vidéo:
https://youtu.be/HjGVRC2sRhk

5) Le dead bug (l’insecte sur le dos)

Couchez-vous sur le dos et relevez les genoux à 90 degrés (les genoux sont pliés et alignés avec les hanches).
Levez les bras au ciel.
Assurez-vous de garder les épaules loin des oreilles.
Relaxez la mâchoire.
Dans un mouvement lent, étendez une jambe et le bras opposé en inspirant.
On arrête la descente des membres lorsqu’on sent que le dos n’est plus au neutre.
Ramenez doucement à la position initiale en expirant.
Répétez du côté opposé.
Faire 1 à 3 séries de 5 à 10 répétitions par côté.

6) La flexion croisée

Couchez-vous sur le dos, les jambes étendues.
Assurez-vous de ne pas imprimer le dos au sol et de le garder engagé tout au long du mouvement afin de stabiliser la colonne vertébrale et le bassin.
En inspirant, relevez le genou vers vous.
Créer une petite pression avec la main opposée sur le genou afin d’engager le grand droit.
Revenez à la position initiale.
Répétez de l’autre côté.
Faire 1 à 3 série de 10-15 répétitions par côté.

7) L’alpiniste (Mountain Climber)

Commencez en position de la planche haute (appui sur les mains).
Placez les mains sous les épaules.
Conservez une ligne droite entre la tête et les pieds (ne pas monter ou descendre les fesses) en conservant la courbe naturelle du bas du dos.
En expirant, amenez lentement le genou vers le coude du même côté.
Revenez à la position de départ en inspirant.
Pensez à engager les abdominaux en roulant le bassin vers l’avant légèrement.
Attention de bien regarder le bout des doigts et de décoller les épaules des oreilles.
Faire 1 à 3 séries de 10-15 répétitions par côté.

N’hésitez pas à en discuter avec votre chiropraticien. N’oubliez pas que le renforcement des stabilisateurs doit se faire lorsque la douleur aiguë est disparue.

Ce type de routine contribuera à réduire le risque de récidive de votre problème lombaire.

Vous n’avez pas mal au dos? Bonne nouvelle! Sachez que cette routine vous sera aussi bénéfique puisqu’elle réduit les risques de blessures traumatiques ainsi que les risques d’incontinence ou de descente d’organe.

 

Remerciements à Maude-Émilie Auger, entraîneure chez Maude-Émilie Inspiration 7.0, pour la collaboration.

Références telles que consultées le 3 février 2021.

https://chiropractic.ca/fr/blogue/4-exercices-a-eviter-si-vous-avez-mal-au-dos-et-quoi-faire-a-la-place/

https://www.runtastic.com/blog/en/10-moves-strengthen-core/

https://www.thejoint.com/2018/08/01/core-concepts-3-exercises-for-spinal-stability

Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux

Votre chiro vous manque? Trucs, astuces et exercices pour garder votre colonne vertébrale en santé pendant le confinement

Voilà plus d’un mois que votre routine a changé. Que vous soyez confiné à la maison ou sur la ligne de front, sans emploi ou en télétravail, vous vivez sûrement plus de stress et bougez probablement moins. Se pourrait-il que votre chiro vous manque?

Dans cet article, nous vous proposons 3 routines d’exercices pour conserver une bonne mobilité vertébrale et une posture adéquate tout en minimisant les risques d’apparition ou de réapparition d’un problème neuro-musculo-squelettique. Nous vous suggérons aussi des trucs pour aménager un poste de travail ergonomique à la maison.

Si la majorité des chiropraticiens s’entendent pour dire que 4 semaines est la fréquence minimale des soins chiropratiques de mieux-être, c’est qu’il s’agirait d’un délai suffisant pour que les tissus adjacents à un segment vertébral hypomobile (complexe de subluxation vertébrale – ce que votre chiro ajuste) subissent des changements dégénératifs et inflammatoires. (1) Bien que les recherches sur ce sujet n’en soient qu’à leur balbutiements, la plupart des patients sont d’accord pour dire qu’après une période de temps similaire, des inconforts, des raideurs ou d’autres symptômes de douleurs peuvent réapparaître s’ils ne portent pas une attention particulière à leur santé vertébrale.

Alors que votre ajustement chiropratique doit probablement être reporté, comment pouvez-vous à la maison optimiser votre santé vertébrale?

Votre poste de travail à la maison

Vous êtes en télétravail? Il se pourrait bien que l’aménagement de votre poste de travail temporaire ne soit pas aussi ergonomique que celui auquel vous êtes habitué. C’est d’autant plus vrai si vous faites usage d’un ordinateur portable et que vous n’avez pas de souris accessoire.

C’est possible que vous soyez dans l’obligation d’opter pour la table de cuisine ou encore le comptoir de service. Il se peut même que vous ayez à gérer les enfants pendant vos heures de travail, vos réunions et vos appels.

Même s’il n’est pas toujours possible d’aménager un espace optimal dans les conditions actuelles, gardez en tête les éléments suivants au moment de vous installer.

Les questions à se poser

Est-ce que mon écran est à la hauteur de mes yeux?
Est-ce que je suis assis sur une chaise confortable, qui offre un soutien lombaire?
Est-ce que mes coudes sont à angle droit?
Est-ce que mes poignets sont bien droits?
Est-ce que j’ai suffisamment de lumière?
Est-ce que mes hanches et mes genoux sont à angle droit?
Est-ce que mes pieds sont bien appuyés au sol?
Lors de mes appels, est-ce que je dois tenir mon téléphone dans une main ou encore entre mon épaule ou mon oreille?

Nos astuces

  • Équipez-vous. Assurez-vous d’avoir au moins une souris et un clavier accessoire (autre que celui de votre portable). Munissez-vous d’écouteurs avec micro pour vos réunions et vos appels.
  • Faites vos appels téléphoniques debout, idéalement en marchant, si c’est possible. Pourquoi ne pas ressortir le vieux tapis roulant ou le vélo stationnaire qui prend la poussière au sous-sol?
  • Surélever votre portable à l’aide de vieux livres, d’un dictionnaire ou d’une boite de carton de manière à ce que le milieu de l’écran soit à la hauteur de vos yeux.
  • Insérer un coussin sous les fesses si vous manquez de hauteur.
    Utilisez une pile de livres comme repose-pieds au besoin.

 

Ce n’est pas parce que vous êtes à la maison que vous devez abandonner vos bonnes habitudes :

  • Levez-vous fréquemment et étirez-vous, à toutes les 30 à 60 minutes idéalement. Il s’agit de trouver votre période idéale de travail, assez courte afin d’éviter les courbatures et les tensions mais assez longue pour conserver une attention optimale et votre créativité.
  • Au moins une à deux fois par jour, faites une routine de renforcement musculaire (voir plus loin pour des suggestions).
  • Restez bien hydraté en gardant une bouteille d’eau à proximité.

Attention au cou du texto et au syndrome du divan

Si vous êtes actuellement sans emploi, il se pourrait que votre temps d’écran (et même de lecture) augmente considérablement. Voici quelques petits conseils à garder en tête.

  • Portez une attention particulière à votre posture lorsque vous consultez votre téléphone ou tablette. Le cou du texto est rapidement devenu problème courant dans les cliniques chiropratique. Pour en savoir plus, consultez notre article de blogue ici.
  • Quoique bien confortable, le divan et la causeuse ne sont pas des endroits idéaux appréciés par votre bas de dos, ni par votre cou d’ailleurs. Pensez à varier vos positions et à ne pas vous écraser dans le divan. Entre chaque épisode de votre série Netflix que vous écoutez en rafale, prenez une pause pour vous étirer.

Pour une colonne vertébrale mobile et tonifiée

Nous vous avons préparé 3 séries d’exercices : les deux premières pour garder votre flexibilité et votre mobilité (Séries Étirements) et la seconde pour tonifier et renforcer votre musculature (Série Musculation).

Nous vous recommandons aussi de marcher tous les jours et de faire une activité cardiovasculaire comme de la course, du vélo, de la danse ou de la Zumba au moins 2 à 3 fois par semaine, si votre condition vous le permet.

 

 

Profitez de ces moments uniques pour rehausser votre conscience posturale. Gardez-vous en mouvement et profitez plus que jamais des avantages d’un style de vie sain et naturel.

  1. Cramer GD, Fournier JT, Henderson CN, Wolcott CC. Degenerative changes following spinal fixation in a small animal model. Journal of Manipulative Physiol Ther. 2004 Mars-Avril;27(3):141-54.
Categories Bougez mieux

Retour à la course : les 8 erreurs à éviter

Vous n’avez pas couru de l’hiver et voilà que le retour du beau temps vous donne envie d’enfiler vos runnings? Attention aux blessures (encore plus si vous avez conservé votre bonne forme physique grâce aux sports hivernaux comme le ski de fond : ce n’est pas votre cardio qui vous dira quand arrêter). Il sera bien tentant de reprendre là où vous avez laissé l’automne dernier. Voici les pièges à éviter pour un retour à la course à pied sans risque. (Ces conseils sont aussi valables pour un retour après une blessure.)

1) Courir trop longtemps. Vous enchaîniez 10 km en moins d’une heure l’an dernier et aimeriez atteindre ce niveau de performance? Vous devrez prendre votre mal en patience. L’erreur la plus fréquente chez les coureurs qui ont pris un temps de pause est de retourner trop rapidement à leurs anciennes habitudes.

Ce n’est surtout pas parce que votre cardio vous permet de le faire que vous devez le faire. La course à pied est un sport d’impact qui est très exigeant pour les structures anatomiques des jambes et du dos (muscles, cartilages, tendons, articulations). Une progression trop rapide du volume d’entraînement entraîne une surcharge devant laquelle le corps ne saura s’adapter. Pour améliorer les performances sportives, le corps passe par 4 étapes :

entraînement – fatigue – récupération – adaptation

Laisser le temps au corps de récupérer est essentiel pour qu’il puisse remodeler ses tissus de façon positive et ainsi s’adapter et s’améliorer.

Concrètement, vous devez choisir un programme d’entraînement dont le volume augmente d’environ 10 % par semaine. La Clinique du coureur offre divers programmes d’entraînement facile à exécuter, téléchargeable directement à partir de son site web. Vous devriez prendre un minimum de 4 semaines (à raison de 4 sorties par semaine) avant de courir 30 minutes de façon continue. Vous souhaitez faire plus de cardio? Choisissez un sport à faible impact pour compléter votre programme (natation, vélo, entraînement musculaire).

Selon les auteurs du livre Course à pied, Le guide d’entraînement et de nutrition KMag : « La gestion inadéquate du volume d’entraînement est la cause principale de blessure ».

2) Courir trop vite. Un arrêt de 6 semaines suffit pour que le corps se désadapte complètement. Retourner à la course sans en tenir compte augmente grandement les risques de blessures. La plupart des programmes de mise en forme (ou de remise en forme) pour la course à pied suggèrent un entraînement qui alterne la marche et la marche rapide ou la marche rapide et la course. Selon votre état de santé, choisissez l’une de ces 2 options pour au moins 4 semaines en augmentant graduellement l’entraînement à plus haute intensité.

Exemple : commencer par 3 x (1 minute de marche/1 minute de course), augmenter de 1 ou 2 répétitions à chaque sortie. Lorsqu’on atteint 10 répétitions, on revient à 5 x (2 minutes de marche/1 minute de course), etc. L’augmentation de l’intensité ne devrait pas dépasser 3 % par semaine.

3) Courir seulement sur une surface plane et dure. Nombreux sont les coureurs à choisir l’asphalte ou la piste pour faire leurs foulées. Mais ces surfaces sont exigeantes pour les structures anatomiques puisqu’elles les forcent à affronter les mêmes impacts de façon répétée.

Les surfaces irrégulières (comme les sentiers en forêt, la surface gazonnée ou les parcours recouverts de copeaux de bois) sont plus appropriées. Parce qu’elles provoquent une instabilité, le corps doit réadapter sa biomécanique à chaque appui, ce qui entraîne une meilleure répartition des tensions. Les mécanismes proprioceptifs (équilibre et réflexes) sont davantage sollicités, provoquant ainsi un renforcement musculaire optimal et la réduction du risque de blessure.

4) Courir en montée et en descente. Ah les fameuses côtes! Elles obligent notre corps à travailler différemment, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Le problème se situe plutôt dans l’excès. On évite le mont Sainte-Anne dans les premières semaines. Comme dans toute chose, la modération a bien meilleur goût.

5) Seulement courir. Les meilleurs coureurs ont un plan de musculation qui complète leur programme de course. Le renforcement de la gaine (les différentes variantes de la planche, par exemple) et des muscles des membres inférieurs (fentes, squats, levée des genoux, etc.) ainsi que l’amélioration de la proprioception (demi-ballon, wobble board, etc.) sont des exercices qui réduisent les risques de blessure à la course.

6) Ne pas écouter son corps. Si une séance vous a épuisé et que vous n’avez pas la force de fouler la route le lendemain : ÉCOUTEZ votre corps! Prenez un temps de repos, même si ce n’est pas au programme. La récupération fait partie intégrante de l’entraînement efficace et sain.

7) Retournez trop rapidement à la course après un accouchement. Nombreuses sont les nouvelles mamans qui désirent reprendre l’entraînement. Attention! Un retour précoce à la course (et à d’autres sports d’impact) peut nuire à votre récupération post-partum, aggraver une diastase du grand droit et même provoquer une descente d’organe.

Assurez-vous de reprendre progressivement l’exercice et de faire adéquatement vos exercices de renforcement du plancher pelvien. (Programme post-partum disponible sur le site de la Clinique du coureur). Si vous souffrez d’incontinence lors de la course, c’est le signe que votre plancher pelvien (périnée) est trop faible. Vous augmentez les risques de voir votre vessie sortir (oui, oui!). Ne reprenez pas l’exercice avant 6 semaines après la naissance et évitez de faire des abdominaux. N’hésitez surtout pas à consulter votre chiropraticien pour plus d’informations à ce sujet.

8) Ignorer une blessure existante. Plus de 80 % des coureurs se blessent (pour toutes les raisons que nous venons d’énumérer). Si vous avez déjà souffert d’un problème lié à la course, il serait très sage de consulter votre chiropraticien avant d’enfiler vos souliers. Il pourra vérifier si vos structures anatomiques sont en bon état et il sera en mesure de vous prodiguer quelques conseils adaptés à votre état.

N’oubliez pas, si vous souhaitez courir durant TOUTE la belle saison sans vous blesser, allez-y mollo pour commencer. Après tout, ce n’est pas une course 😉 !

Categories Bougez mieux

Retour à la course : les 8 erreurs à éviter

Vous n’avez pas couru de l’hiver et voilà que le retour du beau temps vous donne envie d’enfiler vos <em>runnings</em>? Attention aux blessures (encore plus si vous avez conservé votre bonne forme physique grâce aux sports hivernaux comme le ski de fond : ce n’est pas votre cardio qui vous dira quand arrêter). Il sera bien tentant de reprendre là où vous avez laissé l’automne dernier. Voici les pièges à éviter pour un retour à la course à pied sans risque. (Ces conseils sont aussi valables pour un retour après une blessure.)

<strong>1) Courir trop longtemps.</strong> Vous enchaîniez 10 km en moins d’une heure l’an dernier et aimeriez atteindre ce niveau de performance? Vous devrez prendre votre mal en patience. L’erreur la plus fréquente chez les coureurs qui ont pris un temps de pause est de retourner trop rapidement à leurs anciennes habitudes.

Ce n’est surtout pas parce que <strong>votre cardio vous permet de le faire</strong> que vous devez le faire. La course à pied est un <strong>sport d’impact</strong> qui est très exigeant pour les structures anatomiques des jambes et du dos (muscles, cartilages, tendons, articulations). Une progression trop rapide du volume d’entraînement entraîne une surcharge devant laquelle le corps ne saura s’adapter. Pour améliorer les performances sportives, le corps passe par 4 étapes :
<p style= »text-align: center; »><strong>entraînement – fatigue – récupération – adaptation</strong></p>
Laisser le temps au corps de <strong>récupérer</strong> est essentiel pour qu’il puisse remodeler ses tissus de façon positive et ainsi s’adapter et <strong>s’améliorer</strong>.

Concrètement, vous devez choisir un programme d’entraînement dont le volume augmente d’environ <strong>10 % par semaine</strong>. La Clinique du coureur offre divers programmes d’entraînement facile à exécuter, téléchargeable directement à partir de son site web. Vous devriez prendre un minimum de 4 semaines (à raison de 4 sorties par semaine) avant de courir 30 minutes de façon continue. Vous souhaitez faire <strong>plus de cardio</strong>? Choisissez un sport à faible impact pour compléter votre programme (natation, vélo, entraînement musculaire).

Selon les auteurs du livre <em>Course à pied, Le guide d’entraînement et de nutrition KMag</em> : « La gestion inadéquate du volume d’entraînement est la cause principale de blessure ».

<img class= »aligncenter size-full wp-image-7991″ src= »//monchiro.ca/wp-content/uploads/2019/05/MonChiro-course-a-pied-1.jpg » alt= » » width= »800″ height= »534″ />

<strong>2) Courir trop vite.</strong> Un arrêt de <strong>6 semaines</strong> suffit pour que le corps <strong>se désadapte complètement</strong>. Retourner à la course sans en tenir compte augmente grandement les risques de blessures. La plupart des programmes de mise en forme (ou de remise en forme) pour la course à pied suggèrent un entraînement qui <strong>alterne la marche et la marche rapide</strong> ou la<strong> marche rapide et la course</strong>. Selon votre état de santé, choisissez l’une de ces 2 options pour au moins 4 semaines en augmentant graduellement l’entraînement à plus haute intensité.

<span style= »text-decoration: underline; »>Exemple</span> : commencer par 3 x (1 minute de marche/1 minute de course), augmenter de 1 ou 2 répétitions à chaque sortie. Lorsqu’on atteint 10 répétitions, on revient à 5 x (2 minutes de marche/1 minute de course), etc. L’augmentation de l’intensité ne devrait pas dépasser 3 % par semaine.

<strong>3) Courir seulement sur une surface plane et dure.</strong> Nombreux sont les coureurs à choisir l’<strong>asphalte</strong> ou la <strong>piste</strong> pour faire leurs foulées. Mais ces surfaces sont exigeantes pour les structures anatomiques puisqu’elles les forcent à affronter les mêmes impacts de façon répétée.

Les <strong>surfaces irrégulières</strong> (comme les sentiers en forêt, la surface gazonnée ou les parcours recouverts de copeaux de bois) sont plus appropriées. Parce qu’elles provoquent une instabilité, le corps doit <strong>réadapter sa biomécanique</strong> à chaque appui, ce qui entraîne une meilleure répartition des tensions. Les mécanismes proprioceptifs (équilibre et réflexes) sont davantage sollicités, provoquant ainsi un renforcement musculaire optimal et la <strong>réduction du risque de blessure</strong>.

<img class= »aligncenter size-full wp-image-7992″ src= »//monchiro.ca/wp-content/uploads/2019/05/MonChiro-course-a-pied-2.jpg » alt= » » width= »800″ height= »533″ />

<strong>4) Courir en montée et en descente.</strong> Ah les fameuses côtes! Elles obligent notre corps à travailler différemment, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Le problème se situe plutôt dans l’<strong>excès</strong>. On évite le mont Sainte-Anne dans les premières semaines. Comme dans toute chose, la modération a bien meilleur goût.

<strong>5) Seulement courir.</strong> Les meilleurs coureurs ont un plan de <strong>musculation</strong> qui complète leur programme de course. Le <strong>renforcement de la gaine</strong> (les différentes variantes de la planche, par exemple) et des <strong>muscles des membres</strong> inférieurs (fentes, squats, levée des genoux, etc.) ainsi que l’amélioration de la <strong>proprioception</strong> (demi-ballon, <em>wobble board</em>, etc.) sont des exercices qui réduisent les risques de blessure à la course.

<strong>6) Ne pas écouter son corps.</strong> Si une séance vous a épuisé et que vous n’avez pas la force de fouler la route le lendemain : ÉCOUTEZ votre corps! Prenez un temps de <strong>repos</strong>, même si ce n’est pas au programme. La récupération fait partie intégrante de l’entraînement efficace et sain.

<strong>7) Retournez trop rapidement à la course après un accouchement.</strong> Nombreuses sont les nouvelles mamans qui désirent reprendre l’entraînement. Attention! Un retour précoce à la course (et à d’autres sports d’impact) peut nuire à votre <strong>récupération post-partum</strong>, aggraver une <strong>diastase du grand droit</strong> et même provoquer une <strong>descente d’organe</strong>.

Assurez-vous de reprendre <strong>progressivement</strong> l’exercice et de faire adéquatement vos exercices de renforcement du <strong>plancher pelvien</strong>. (Programme post-partum disponible sur le site de la Clinique du coureur). Si vous souffrez d’<strong>incontinence</strong> lors de la course, c’est le signe que votre plancher pelvien (périnée) est trop faible. Vous augmentez les risques de voir votre vessie sortir (oui, oui!). Ne reprenez pas l’exercice avant <strong>6 semaines</strong> après la naissance et évitez de faire des abdominaux. N’hésitez surtout pas à <span style= »text-decoration: underline; »><strong>consulter votre chiropraticien</strong></span> pour plus d’informations à ce sujet.

<img class= »aligncenter size-full wp-image-7993″ src= »//monchiro.ca/wp-content/uploads/2019/05/MonChiro-course-a-pied-3.jpg » alt= » » width= »800″ height= »616″ />

<strong>8) Ignorer une blessure existante.</strong> Plus de 80 % des coureurs se blessent (pour toutes les raisons que nous venons d’énumérer). Si vous avez déjà souffert d’un problème lié à la course, il serait très sage de <span style= »text-decoration: underline; »><strong>consulter votre chiropraticien</strong></span> avant d’enfiler vos souliers. Il pourra vérifier si vos structures anatomiques sont en bon état et il sera en mesure de vous prodiguer quelques conseils adaptés à votre état.

N’oubliez pas, si vous souhaitez courir durant TOUTE la belle saison sans vous blesser, allez-y <em>mollo</em> pour commencer. Après tout, ce n’est pas une course 😉 !

Categories Bougez mieux

6 raisons d’opter pour un entraînement par intervalles à haute intensité

Déjà populaire depuis quelques années, l’entraînement par intervalles à haute intensité (HIIT) gagne de plus en plus d’adeptes, et avec raison!

Le HIIT est un entraînement dans lequel se succèdent des périodes d’exercices intenses et de récupération. Il existe plusieurs types de HIIT dont la durée des périodes d’exercices et de récupération varie, tout comme le nombre de répétitions.

Parmi les plus populaires, on retrouve la méthode Tabata (pour les expérimentés seulement), le Peak Fitness, la méthode Little et l’entraînement Turbulence. Il en existe de nombreux autres. En raison de l’intensité de l’effort demandé, il n’est pas conseillé de faire plus de 3 ou 4 séances de HIIT par semaine, au risque de souffrir d’un surentraînement.

Les bienfaits du HIIT sur la santé sont très bien documentés et les résultats des études sont bien alléchants. Mais attention, cette méthode d’entraînement ne convient pas à tout le monde. L’aval d’un professionnel de la santé est recommandé si vous souffrez d’obésité, de diabète de type II, d’une maladie cardiovasculaire ou si vous êtes sédentaire. Même si vous avez une forme physique bonne ou moyenne, une approche progressive est préférable. Écoutez bien votre corps et n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre chiropraticien ou de votre kinésiologue.

Pourquoi devriez-vous opter pour ce type d’entraînement?

1) Vous manquez de temps. Il s’agit d’un attrait non négligeable de cette méthode. Une étude ontarienne a démontré que le HIIT procurait des bénéfices sur la santé cardiométabolique similaire à ceux d’un entraînement classique, et ce, avec un volume cinq fois moins élevé! Vous avez bien lu : cinq fois moins de temps au gym pour un résultat semblable. L’étude en question a été réalisée sur 27 hommes sédentaires, mais en bonne santé, âgés de 25 à 30 ans. Les sujets HIIT ont réalisé un total de 10 minutes d’entraînement, contre 50 minutes d’exercices à intensité modérée pour le second groupe, incluant les périodes d’échauffement et de récupération. Les résultats sont sidérants : la forme physique s’est améliorée de façon identique chez les participants des deux groupes. Les chercheurs ont relevé différentes mesures telles que le VO2 max, le contrôle du taux de sucre et l’adaptation musculaire. Désormais, le manque de temps n’est plus une excuse valable pour ne pas faire de sport.

2) Vous voulez perdre du poids. La perte de poids est probablement l’objectif le plus populaire en santé. Même s’il est sain et légitime de vouloir atteindre et maintenir un poids santé, ce n’est pas toujours le cas des méthodes utilisées pour y parvenir. En vous fixant un objectif de mieux-être, vous opterez pour un mode de vie qui optimisera votre vitalité et qui vous permettra naturellement d’atteindre votre poids santé. Ceci dit, le HIIT est l’entraînement tout indiqué pour ceux qui désirent booster leur métabolisme et brûler des calories puisque le corps continue son travail de combustion jusqu’à 48 heures après l’entraînement. Il s’agit aussi d’une technique d’entraînement efficace pour brûler les graisses. Une étude a révélé que 12 semaines de ce type d’entraînement avaient pour effet une réduction importante de la graisse abdominale et viscérale.

3) Vous voulez contrer les effets néfastes de la malbouffe. Attention! On ne vous conseille pas de manger de la malbouffe, mais si un écart survient, sachez que le HIIT peut vous aider. En effet, une étude réalisée à l’UQAM a permis de démontrer que l’entraînement par intervalles à haute intensité annule les effets négatifs de la consommation de malbouffe sur certains paramètres de santé. Quoique les résultats de cette recherche soient très limités (petit échantillon constitué de jeunes hommes, sans groupe témoin), il est tout de même intéressant de constater qu’un exercice physique peut limiter les dégâts. Ce n’est quand même pas une bonne raison de faire le remake de Supersize me!

4) Vous voulez améliorer votre capacité cardio-respiratoire et vos fonctions vasculaires. Les études sont nombreuses à démontrer que le HIIT améliore considérablement le VO2 max. Cet indice de santé correspond au volume maximal d’oxygène consommé lors d’un effort physique. Plus ce volume est élevé, plus les poumons sont en mesure de prélever de l’oxygène qui sera utilisé par les muscles. Donc plus le VO2 max d’une personne est élevé, plus cette personne aura de l’endurance. Le HIIT permet aussi d’augmenter la capacité anaérobie (produire de l’énergie sans oxygène). D’autres études rapportent aussi une amélioration de la fonction vasculaire.

5) Vous voulez améliorer vos fonctions musculaires. Le HIIT provoque une reconstruction optimale des muscles, bonifie la masse musculaire et affecte positivement les tissus jusqu’au niveau cellulaire. Une étude a démontré que le HIIT augmentait l’efficacité musculaire, autant chez les jeunes que chez les aînés.

6) Vous voulez mieux contrôler votre taux de sucre. Plusieurs recherches ont révélé que l’entraînement par intervalles à haute intensité améliorait le contrôle glycémique. Les résultats sont concluants pour les personnes atteintes de diabète de type II, mais aussi chez les obèses, les sédentaires et les personnes actives.

Et comme si ce n’était pas suffisant, des études récentes ont permis de découvrir que le HIIT avait un impact direct sur l’ADN. Eh oui! Des modifications génétiques sont occasionnées par ce type d’entraînement. Rien de moins.

Avant d’entamer un entraînement par intervalles à haute intensité, nous vous recommandons de consulter un professionnel de la santé qualifié pour vous aider à bien choisir le type d’exercice (vélo, course, spinning, poids de corps, etc.), la durée des intervalles et le nombre de répétitions qui vous conviennent. Ceci est particulièrement vrai si vous souffrez d’une maladie connue ou si vous êtes sédentaire.

L’entraîneuse Karine Larose propose un programme pour débutant basé sur l’échelle de perception de fatigue, une bonne façon de s’y mettre si vous êtes déjà actif : https://www.nautilusplus.com/fr/programme-cardiovasculaire-par-intervalles/.

Bon entraînement!   

Références
Heydari et coll., « The Effect of High-Intensity Intermittent Exercise on Body Composition of Overweight Young Males », Journal of Obesity, vol. 2012, 8 pages, 2012.
Barrès, Romain et coll., « Acute Exercise Remodels Promoter Methylation in Human Skeletal Muscle », Cell Metabolism, Volume 15, numéro 3, p. 405–411.
Hood MS et coll., « Low-volume interval training improves muscle oxidative capacity in sedentary adults », Medecine & Science in Sports Exercice, 2011 Oct;43(10):1849-56.
Gillen JB et coll., « Acute high-intensity interval exercise reduces the postprandial glucose response and prevalence of hyperglycaemia in patients with type 2 diabetes », Diabetes Obesity and Metabolism, 2012 Jun;14(6):575-7.
Duval, Christian et coll., « High Intensity Exercise: Can It Protect You from A Fast Food Diet? » Nutrients 9.9 (2017): 943.
Batacan RB Jr et coll., « Effects of high-intensity interval training on cardiometabolic health: a systematic review and meta-analysis of intervention studies », British Journal of Sports Medecine, 2017 Mar;51(6):494-503.
Ramos JS et coll., « The impact of high-intensity interval training versus moderate-intensity continuous training on vascular function: a systematic review and meta-analysis », Sports Medecine, 2015 May;45(5):679-92.
Jabbour, Georges et coll., « High‐intensity Interval Training Improves Performance in Young and Older Individuals by Increasing Mechanical Efficiency », Physiological Reports 5.7 (2017) : e13232. PMC.
Gillen, Jenna B. et coll. « Twelve Weeks of Sprint Interval Training Improves Indices of Cardiometabolic Health Similar to Traditional Endurance Training despite a Five-Fold Lower Exercise Volume and Time Commitment » Ed. Øyvind Sandbakk. PLoS ONE 11.4 (2016): e0154075. PMC.
http://french.mercola.com/sites/articles/archive/2016/06/17/entrainement-intervalles.aspx
http://lactualite.com/actualites/2017/09/08/lentrainement-par-intervalles-a-haute-intensite-contrecarre-meme-le-fast-food/
http://www.objectifs-fitness.com/5-cles-reussir-entrainement-intervalles-haute-intensite-hiit/
https://www.nautilusplus.com/fr/programme-cardiovasculaire-par-intervalles/
http://www.lapresse.ca/vivre/sante/en-forme/201606/01/01-4987309-entrainement-a-haute-intensite-lintervalle-qui-change-tout.php
https://greatist.com/fitness/complete-guide-interval-training-infographic

Evaluations Google
5.0
js_loader