Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux, Mangez mieux, Pensez mieux

L’héritage de la pandémie : reprendre le pouvoir

En plein cœur de cette pandémie, qu’avons-nous réellement appris jusqu’ici? Quel est le message voire l’héritage que nous laissera ce virus?

On pourra probablement en tirer des dizaines de leçons : l’humain ne respecte pas sa terre, consomme trop, voyage trop, est dépendant du système médical…

En tant que professionnel de la santé, nous souhaitons que le message véhiculé par la chiropratique depuis plus de 100 ans trouve écho : reprenons le pouvoir sur notre santé.

Les médias en ont malheureusement si peu parlé entre les campagnes de peur, les points de presse et les directives sanitaires. La solution ne viendra pas de l’extérieur. Elle est déjà là, en nous.

Cette solution, elle se trouve dans notre homéostasie, un mot savant pour définir l’équilibre et l’harmonie de notre organisme.

La covid-19 nous a obligé à se terrer, le temps d’étudier ce nouveau virus. Même si on en sait encore très peu, on constate que ce pathogène sait trouver les failles. Tel un boxeur doué, il repère rapidement la faiblesse de son adversaire, l’exploite et porte son coup de grâce.

Et quelles sont ces faiblesses? Les maladies chroniques dégénératives comme l’obésité, le diabète de type 2 et l’hypertension, entre autres. Ces problèmes de santé sont bien souvent le résultat de mauvaises habitudes de vie.

Que pouvons-nous faire en tant qu’individu? Attendre et espérer un remède miracle en écoutant Netflix ou bien devenir le PDG de sa santé?

Vers l’autonomie

Être le PDG de sa santé signifie de prendre le contrôle de ses propres décisions sans influences extérieures. En d’autres mots, c’est d’être pleinement en charge de soi-même, d’être responsable de ses actions et du résultat.

Puisqu’il est de notre droit de faire nos propres choix en matière de santé, un professionnel de la santé ne devrait pas tenter de nous influencer. Son devoir est plutôt de nous éduquer pour que nous puissions prendre une décision éclairée.

Parce que le secret se trouve bien là : dans l’éducation et l’information. En lisant ces lignes, vous participez déjà à la prise de pouvoir sur votre santé. Félicitations!

S’éduquer d’abord

De nos jours, ce ne sont pas les sources d’informations qui manquent. Toutefois, il est primordial de demeurer prudent car toute source n’est pas fiable.

Pour s’éduquer adéquatement sur la santé et éviter la désinformation, mieux vaut privilégier des sites internets officiels et des livres de professionnels.

Voici quelques astuces pour s’éduquer intelligemment.

  • On évite les forums. On y trouve de tout et surtout de l’information non-vérifiée. De l’histoire rocambolesque à la recette miracle, on passe notre tour.
  • On vérifie les sources. Lorsque des articles scientifiques sont cités en références, on se trouve déjà en meilleure posture (jeu de mot chiropratique 😉 ). Mais attention, il arrive que les articles soient mal interprétés par les auteurs ou proviennent de publications plus ou moins crédibles auprès de la communauté scientifique. Une étude de cas faite sur une souris n’a pas le même impact qu’une étude clinique randomisée.
  • On choisit des sites endossés par des professionnels de la santé comme les sites chapeautés par des établissements d’enseignement (universités, chaires de recherches, etc.) ou par des associations (comme l’Association des chiropraticiens du Québec par exemple). Il peut aussi s’agir du blogue d’un professionnel de la santé en particulier comme une nutritionniste, un dentiste ou un acupuncteur.
  • On peut aussi – généralement – se fier aux sites internets d’organismes gouvernementaux et à des fondations reconnues comme Vifa magazine, le grand défi Pierre Lavoie ou encore l’Institut national de santé publique.
  • On demeure critique. La science étant toujours en évolution, les informations peuvent parfois se contredire, être désuètes ou mal interprétées. On garde à l’esprit de ne rien prendre “pour du cash”. On pose des questions, on observe le sujet sous plusieurs angles et on en discute avec des gens et des professionnels en qui on a confiance.
  • On multiplie les sources d’informations. On évite de se fier qu’à une seule personne ou organisation pour se faire une idée. Ça permet de garder l’esprit ouvert et de prendre des décisions éclairées.
  • Se questionner sur l’information partagée sur les réseaux sociaux. Tante Ginette partage une image qui affirme que boire un verre d’eau salé chaque jour prévient le cancer : on se permet de douter de la fiabilité. Ce type de désinformation circule amplement, on sourit et on passe au suivant.
  • On choisit un professionnel de la santé qui cherche à nous informer, à collaborer avec nous pour qu’on atteigne nos objectifs de bien-être. On lui pose des questions, on lui demande des références crédibles, on lit ses infolettres ou son blogue, on assiste à ses ateliers ou ses classes santé s’il y a lieu.

Enseignons à nos enfants cette démarche éducative afin de les rendre autonomes aussi. Faisons d’eux des mini PDG.

Choisir son style de vie

Une fois bien informé, il est beaucoup plus facile de faire les bons choix pour sa santé.

Notre corps, c’est un peu comme un jardin. Si on l’entretient bien, il fleurira = le bien-être et la santé. Si on le néglige, il sera envahi par les mauvaises herbes et la vermine = la maladie et la souffrance.

Et comment on l’entretient? On lui donne des nutriments et de l’eau, et le désherbe, on lui offre la lumière, on installe des tuteurs, on évite les pesticides et autres produits toxiques, on le soigne au besoin…

Il s’agit de simplement faire la même chose pour notre corps : on l’alimente adéquatement, on le fait bouger (ce pour quoi il est conçu), on lui donne du repos, on lui évite les toxines, on le calme (gestion de stress), on lui offre un environnement et un entourage sain, on lui prodigue des soins chiropratiques réguliers, on le soigne – naturellement d’abord – au besoin.

En tant que chiropraticien, on souhaite ardemment que ce virus éveille quelques consciences, qu’il nomme de nouveaux PDG de la santé au sein de la population.

Dans un avenir plus ou moins proche, nous devrons fort probablement affronter un autre virus. Peut-être plus astucieux, mortel ou virulent qui sait?

Pourquoi ne pas lui compliquer la tâche un peu en rendant notre jardin encore plus hostile pour lui?

Car si chacun d’entre nous reprenait le pouvoir sur sa santé, nous pourrions enfin travailler en amont et développer un système qui vise à créer la santé plutôt qu’à ne guérir des maladies.

C’est en adoptant soi-même un style de vie sain que l’on inspirera les autres à le faire.

Qui est prêt à devenir le PDG de sa santé?

Categories Fonctionnez mieux

Fibromyalgie : à la recherche du mieux-être

Les patients atteints de fibromyalgie cherchent constamment à améliorer leur état de santé en se tournant vers différentes thérapies. Le traitement médical conventionnel, qui préconise l’usage de médicaments, a souvent bien peu d’effets sur les différents symptômes, en plus de comporter des risques et d’entraîner des effets secondaires indésirables.

Il n’est donc pas étonnant d’apprendre que les personnes atteintes de fibromyalgie souhaitent découvrir de nouvelles options qui leur permettront de réduire leurs symptômes tout en améliorant leur qualité de vie.

Quelles sont donc ces options? Existe-t-il d’autres moyens de réduire l’impact de ce problème chronique sur la vie des gens qui en souffrent?

C’est quoi la fibromyalgie?

La fibromyalgie est caractérisée par la présence de douleurs musculo-squelettiques généralisées constantes associées à d’autres symptômes comme la fatigue extrême, des troubles cognitifs, des désordres du sommeil et de l’humeur ainsi qu’à la dépression et l’anxiété.

Le syndrome de fibromyalgie (ainsi nommé en raison de l’amalgame de symptômes associés) est associé à d’autres problèmes de santé chez de nombreux patients : syndrome du côlon irritable, intolérances alimentaires, infections à Candida, dysfonction de l’articulation temporo-mandibulaire (troubles de la mâchoire), syndrome de fatigue chronique, migraines, céphalées de tension, etc.

Les causes de la fibromyalgie demeurent nébuleuses pour les chercheurs. Il semblerait qu’il n’y ait pas qu’une seule cause à l’origine du problème, mais plutôt un ensemble de facteurs déclencheurs de la maladie. Parmi ces facteurs potentiels, on retrouve les traumatismes (physiques ou émotionnels), les infections, les prédispositions génétiques et d’autres causes diverses (intolérance au gluten, médicaments, intoxication aux métaux lourds, carence en vitamine D, etc.).

Que se passe-t-il dans le corps?

Même si les mécanismes qui sous-tendent la fibromyalgie sont encore incertains, les recherches ont tout de même démontré que la fonction du système nerveux central était altérée chez les patients atteints. Certaines études ont aussi démontré des anomalies dans les zones du cerveau liées à la douleur lors de tests par résonnance magnétique chez des patients atteints de fibromyalgie.

L’hypothèse la plus probable soutient qu’un débalancement des neurotransmetteurs (tels que la dopamine, la sérotonine, le glutamate, le lactate et la noradrénaline, qui permettent aux neurones de communiquer entre eux) entraînerait une perturbation de la modulation de la douleur dans le cerveau. Le cerveau (et la moelle épinière) traiterait donc différemment les signaux de douleurs en augmentant la réponse à ces stimuli et en réduisant leur inhibition.

En d’autres termes, le cerveau serait plus sensible à la douleur et aurait de la difficulté à la « faire taire » à l’aide de ses mécanismes habituels. Ce qui a pour effet de réduire le seuil de tolérance à la douleur chez les patients fibromyalgiques. Une simple pression sur les muscles est alors ressentie comme une douleur.

De nombreuses pathologies associées à la fibromyalgie (syndrome de fatigue chronique, migraine, troubles cognitifs, troubles du sommeil et dépression) sont issues de dysfonctions du système nerveux, ce qui renforce l’hypothèse voulant que la fibromyalgie soit causée par cette même dysfonction.

Pour expliquer la fibromyalgie, les scientifiques suggèrent aussi un débalancement de l’axe hypothalamo-pituitaire-surrénalien, un réseau nerveux hautement impliqué dans la gestion du stress.

Comment la chiropratique peut-elle venir en aide?

Même si la chiropratique ne peut guérir la fibromyalgie (note : il n’existe aucun traitement définitif à ce jour, mais de nombreux patients témoignent s’être débarrassés de leur problème en adoptant un style de vie sain et adapté), elle peut tout de même offrir un soulagement des douleurs et améliorer la qualité de vie des patients qui en sont atteints.

Les études portant sur les impacts de l’ajustement chiropratique — le principal outil de traitement du chiropraticien — sur le système nerveux sont abondantes. Elles ont démontré que les ajustements chiropratiques vertébraux améliorent l’intégration de l’influx nerveux dans le cerveau ainsi que l’habileté de ce dernier à recevoir les informations sensitives et à renvoyer les commandes exactes au corps. L’impact serait d’autant plus important chez les patients souffrant de fibromyalgie, dont la fonction nerveuse est sans doute perturbée.

L’ajustement chiropratique permet aussi de réduire la dominance du système nerveux sympathique, ce qui a pour effet de régulariser les hormones de stress (et par le fait même certains neurotransmetteurs), pouvant être impliquées dans le développement de la fibromyalgie.

Les recherches scientifiques liant directement la fibromyalgie et les traitements chiropratiques sont peu nombreuses. Toutefois, une étude préliminaire a démontré que 60 % des sujets ayant suivi le traitement (ajustement chiropratique combiné à des compressions ischémiques) ont vu une amélioration de leurs symptômes (douleur, fatigue, dépression). Des chercheurs de l’Université du Caire rapportent que les manipulations vertébrales offrent un soulagement à plus long terme que les méthodes de traitement conventionnelles. D’autres études de cas ont rapporté des résultats très prometteurs.

L’ajustement chiropratique vise à corriger les dysfonctions articulaires (aussi appelées subluxations), plus particulièrement celles de la colonne vertébrale. Outre l’optimisation du système nerveux, ces manipulations ont plusieurs autres effets bénéfiques.

  • Augmentation de l’amplitude de mouvement
  • Correction mécanique de la structure (charpente osseuse)
  • Augmentation de la circulation sanguine (ce qui nettoie les toxines des muscles et accélère la récupération)
  • Augmentation de la production d’endorphines (un dérivé puissant de la morphine, qui réduit les douleurs et apporte une sensation de bien-être)
  • Augmentation de la tolérance à la douleur

Grâce aux traitements chiropratiques, les patients fibromyalgiques s’assurent aussi d’avoir une structure osseuse et une fonction nerveuse optimales. Déjà qu’ils ressentent des inconforts et des douleurs alors que les structures anatomiques ne présentent pas d’anomalies, imaginez l’intensité d’une douleur reliée à un problème physique comme une hernie discale ou une entorse lombaire.

Les soins chiropratiques sont aussi reconnus pour améliorer la qualité de vie en permettant au patient de mieux bouger et de mieux récupérer après un effort physique. Deux facteurs particulièrement importants chez les gens atteints de fibromyalgie.

De plus, les soins chiropratiques peuvent traiter de nombreux problèmes souvent associés à la fibromyalgie : migraine, céphalée de tension, dysfonction de l’articulation temporo-mandibulaire, sténose spinale cervicale, syndromes myofasciaux (muscles), etc.

La chiropratique au cœur d’une approche globale

Les soins chiropratiques à eux seuls ne feront malheureusement pas tout le travail. Les patients atteints de fibromyalgie doivent s’impliquer activement dans un plan de traitement multimodal, comprenant l’activité physique (intensité modérée), une saine alimentation ciblée, une thérapie cognitivo-comportementale et des techniques de gestion du stress (méditation, respiration, etc).

Il a été démontré que les meilleurs résultats émergeaient de ce type d’approche qui combine plusieurs méthodes de traitement. Un chiropraticien, grâce à sa formation universitaire rigoureuse, sera en mesure de vous proposer un plan de traitement, y apporter les changements nécessaires et vous soutenir tout au long du processus. Il pourra aussi vous prodiguer des conseils sur votre style de vie.

Les chiropraticiens savent que les patients atteints d’un syndrome de fibromyalgie sont hypersensibles. Ils modifient donc leurs techniques en conséquence. Chaque patient a un seuil de tolérance différent. Si vous réagissez fortement, n’hésitez pas à mentionner à votre chiropraticien que ses méthodes devraient être plus légères dans votre cas. Il saura s’adapter.

Si vous n’avez pas de chiropraticien de famille, prenez le temps d’en choisir un en posant toutes vos questions. Certains chiropraticiens utilisent la technique de neurofeedback, qui a fait ses preuves chez les patients fibromyalgiques. D’autres emploient des thérapies musculaires ou complémentaires qui ont aussi démontré des bénéfices. Magasinez votre chiro!

La confiance est primordiale dans ce type de relation à long terme. Vous n’avez pas aimé votre expérience? Libre à vous de choisir un autre chiropraticien. Il existe autant de méthodes que de chiropraticiens, il suffit de trouver chaussure à son pied (ou chiro à son dos et à son cerveau?).

Evaluations Google
5.0
js_loader