Categories Fonctionnez mieux

Les 10 astuces pour jardiner sans se blesser

Le dos de Marguerite était bien heureux que l’hiver se termine : fini le pelletage! Mais il n’avait pas venu venir son autre bête noire : le jardinage!

Le jardinage, ce n’est pas un doux passe-temps pour retraité : c’est tout un sport! Nous dépenserons près de 300 calories à l’heure en creusant, labourant, transportant, semant et arrosant nos belles plantes. L’équivalent d’environ une heure de marche rapide. Pas mal.

Pour éviter de se blesser au dos, Marguerite a intérêt à porter une attention particulière à la façon dont elle s’y prendra pour cultiver son potager et embellir sa plate-bande.

Avant de jardiner, Marguerite devra :

S’échauffer. Pour s’échauffer correctement, il suffit de se mettre en mouvement.

Pourquoi ne pas commencer par une petite marche active : en balançant les bras, avec des enjambées assez importantes et d’un bon pas ?

On poursuit avec quelques rotations du cou, des épaules, du tronc et des chevilles. Pour terminer avec une petite série d’étirements.

Porter des vêtements adéquats. Des vêtements longs et amples (ou extensibles) sont parfaits pour le jardinage. Ils nous protègent du soleil et des insectes, tout en nous permettant de bouger librement.

Pour éviter les ampoules et autres blessures, il est recommandé de porter des gants.

Pendant qu’elle jardine, Marguerite devra :

Utiliser les bons outils. La brouette est un indispensable pour transporter tous les sacs de terre et de compost. On la choisit à 2 roues pour éviter les déséquilibres.

Les genouillères permettront de travailler confortablement à genoux, plutôt que de se pencher.

Le boyau d’arrosage est préférable à l’arrosoir. Posséder une bêche pourrait être bien utile pour retourner la terre et retirer les mauvais herbes en conservant une posture droite.

Varier les tâches régulièrement. Le dos n’aime pas les positions prolongées. Il est préférable de changer de tâches aux 15 à 30 minutes environ. Une façon facile de plaire aux articulations et aux muscles les plus sollicités.

Faire des pauses régulièrement. Si on varie les tâches, on peut espacer un peu les pauses. Par contre, si on n’a d’autres choix que de rester dans une même position plus de 15 minutes, on se lève et on fait quelques étirements.

Pourquoi ne pas respirer un bon coup tant qu’à y être! Ça va oxygéner les muscles et améliorer notre qualité de présence. Ne dit-on pas du jardinage qu’il est méditatif?

S’hydrater. Particulièrement par temps chaud et ensoleillé, il est essentiel de boire suffisamment d’eau. Nous perdons beaucoup d’eau par la sueur et la déshydratation augmente les risques de souffrir d’un malaise et d’une blessure.

Bouger adéquatement. On plie les genoux plutôt que de se pencher. Pour pelleter, le principe est le même qu’avec la neige.

On demande de l’aide au besoin. Un voisin ou un ami pour venir nous donner un coup de main pour les tâches plus difficiles comme soulever les sacs de terre, étendre de la roche ou transporter des pierres.

Après le jardinage, Marguerite devra :

S’étirer. La même série d’étirements à la fin d’une grosse journée de jardinage pourra réduire les courbatures et favoriser une bonne récupération.

Vérifier qu’elle a un bien un rendez-vous prévu avec son chiro. Les tâches intenses et ponctuelles (que l’on fait de façon intensive mais seulement quelques fois par année) entraînent plus de risques de blessures.

Le jardinage, le pelletage, le nettoyage des gouttières et le cordage de bois en font tous partie.

Consulter son chiropraticien pour une vérification de routine est une excellente décision afin de s’assurer que notre colonne vertébrale et nos autres articulations demeurent alignées et mobiles.

Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux, Mangez mieux, Pensez mieux

Peut-on déjouer sa génétique?

Oyé! Oyé! L’expression « C’est pas de ma faute, je n’ai pas des bons gènes » est en voie de disparition.

Oui, vous avez bien lu!

Malheureusement pour elle, les chercheurs ont développé une nouvelle branche de la génétique qui mettra fin à son règne : l’épigénétique.

Il s’agit d’une excellente nouvelle pour vous, surtout si vous aspirez à reprendre le pouvoir sur votre santé.

Peu importe si tous les hommes de votre famille sont « pris du cœur », vous saurez désormais que les choix que vous faites au quotidien auront un plus grand impact sur votre santé cardiovasculaire que les gènes qui vous ont été transmis.

Dites bonjour au pouvoir!

Votre environnement et vos habitudes de vie jouent un rôle déterminant dans votre état de santé en modifiant l’expression de vos gènes. Hein?!

Vous pouvez en quelque sorte choisir les gènes qui s’exprimeront en vous grâce à vos actions, aujourd’hui même.

Cette récente discipline scientifique est une véritable bombe dans le monde de la biologie puisqu’elle met balaye du revers de la main la fatalité et met en lumière le pouvoir que chacun détient sur son état de santé.

Les gènes ou l’environnement?

Deux théories ont longtemps soulevé des débats interminables en génétique : qu’est-ce qui détermine la personne que nous deviendrons?

  • Certains affirmaient haut et fort que nos gènes étaient responsables de qui nous étions.
  • D’autres croyaient plutôt que l’environnement façonnait notre personne.

Voilà que l’épigénétique réconcilie les deux clans; tout le monde avait – à moitié – raison.

Nous avons une série de gènes dans notre ADN (gracieuseté de nos parents). Certains de nos gènes sont définitifs (la couleur des yeux et le sexe d’une personne, par exemple). Par contre, d’autres gènes ont des interrupteurs qui peuvent être ouverts ou fermés. L’épigénétique étudie donc comment les gènes vont être utilisés (ou pas) par nos cellules :

  • S’ils seront actifs (allumé/ouverts/exprimés)
  • Ou inactifs (éteints/fermés/réprimés)

Qu’est-ce qui influence l’ouverture ou la fermeture de ces interrupteurs?

C’est assez simple, il s’agit de notre environnement et de nos comportements.

  • Alimentation
  • Activité physique
  • Tabagisme
  • Qualité de l’air
  • Environnement social (nos relations)
  • Stress
  • Sommeil
  • État psychologique
  • Etc.

Dans le corps humain, tout est chimie. Notre perception du monde et les émotions engendrées par celle-ci influencent aussi l’expression de nos gènes.

Un stress négatif, par exemple, cause la sécrétion de cortisol, qui lui pourrait venir ouvrir l’interrupteur d’un gène qui prédispose à l’anxiété.

Au contraire, l’amour entraîne une sécrétion de dopamine, qui pourrait déclencher la fermeture de ce même interrupteur.

C’est donc dire que l’on peut « ouvrir » ou « fermer » les interrupteurs de nos gènes en fonction de nos choix de vie et de nos perceptions.

Quel lien y-a-t-il entre des jumeaux et des abeilles?

Prenons l’exemple de jumeaux identiques séparés à la naissance. Le premier est confié à une famille dont la santé est une priorité. On lui donnera que des aliments sains et il grandira dans un environnement équilibré dans lequel il pratiquera ses sports préférés et où il pourra exprimer librement ses émotions.

Le second se retrouve plutôt dans une famille qui aime la malbouffe et qui ne fait pas d’exercice. Il grandira devant les écrans et ne suivra pas d’horaire de sommeil fixe.

Malgré un bagage génétique identique, croyez-vous que ces jumeaux auront le même aspect physique et le même état de santé à 40 ans?

Il y a de grandes chances que non! Le second jumeau risque fort de développer une maladie métabolique comme le diabète de type 2, alors que son frère pourrait facilement courir plusieurs kilomètres sans même s’essouffler.

Un autre exemple. Qu’est-ce qui différencie une abeille reine d’une abeille ouvrière? Les deux abeilles naissent égales, mais à l’état de larve, l’une d’elles mangera de la gelée royale. Elle deviendra reine (plus grosse, plus grande longévité, capacité de pondre des œufs). La seconde deviendra une ouvrière.

Au final, ce qu’elles auront mangé aura influencé l’expression des gènes de leur ADN. La nature est si bien faite!

Que lègue-t-on vraiment à nos enfants?

Le marquage épigénétique (interrupteur ouvert ou fermé) est transmissible à notre descendance.

Il nous est donc possible de nuire à la santé de nos enfants en ayant une mauvaise alimentation ou en étant sédentaire avant même leur naissance. Étrange n’est-ce pas ?

Sans compter qu’on lègue souvent bien plus à nos enfants qu’un bagage génétique. On leur transmet aussi notre mode de vie et nos valeurs.

Si nous sommes en surpoids, comme notre père et nos frères, c’est oui en raison de nos gènes, mais SURTOUT en raison de nos habitudes de vie semblables.

Une autre bonne nouvelle? Le marquage épigénétique est réversible. En modifiant notre environnement et notre comportement, il nous est possible de renverser la vapeur.

Il n’est donc jamais trop tard pour ouvrir les interrupteurs de nos meilleurs gènes (qui facilite la santé, la vitalité, l’énergie, la bonne humeur, la satisfaction, etc.) et fermer ceux de nos gènes négatifs (qui entraînent le cancer, la maladie, la dépression, l’obésité, etc.).

Comme quoi notre destin n’est jamais vraiment scellé dans notre ADN!

Existe-t-il un lien entre les gènes et la chiropratique?

Des chercheurs néozélandais étudient actuellement le lien entre la subluxation vertébrale (blocage articulaire traité par les chiropraticiens) et l’épigénétique.

L’hypothèse que la subluxation vertébrale viendrait agir sur l’expression des gènes (ouvrir ou fermer les interrupteurs) pourrait en partie expliquer les impacts bénéfiques de la chiropratique sur la santé à long terme. Tout reste encore à être étudié, mais les perspectives sont très enthousiasmantes.

En résumé :

Nous naissons avec un bagage de gènes qui peuvent être actifs ou inactifs

Notre mode de vie et nos comportements déterminent si nos gènes sont actifs ou inactifs

Nos gènes actifs et inactifs déterminent notre état de santé

Notre mode de vie sera donc déterminant sur notre état de santé, peu importe le bagage génétique légué.

Categories Fonctionnez mieux

Votre colonne vertébrale aussi subit les effets de la pandémie : 5 impacts et leur solution

1. La sédentarité

On le sait, l’exercice physique est le saint-graal de la santé et du mieux-être.

Pourtant, la dernière année a été un terrain fertile pour la sédentarité avec la fermeture des gyms, l’annulation des cours de groupe, la suspension des ligues de sports collectifs et du parascolaire, etc.

Les plus chanceux ont pu se tourner vers le plein air, mais l’accès à ce type d’activité n’est pas toujours possible. L’arrivée du couvre-feu a aggravé la situation pour plusieurs qui profitaient de la soirée pour bouger à l’extérieur.

Soyons honnêtes, il n’était déjà pas toujours facile d’intégrer l’activité physique à son agenda avant la pandémie; toutes les mesures et restrictions ont eu raison de la motivation de bon nombre d’entre nous.

Et c’est connu, moins on bouge, moins on a envie de bouger et c’est, entre autres, notre colonne vertébrale qui en subit les conséquences.

Une colonne vertébrale qui ne bouge pas suffisamment perd tranquillement de sa mobilité et de sa souplesse, elle s’ankylose.

Concrètement :

  • On se sent plus raide, particulièrement après des périodes prolongées d’inactivité, comme au réveil.
  • On perd de l’amplitude dans nos mouvements ce qui peut se traduire par de la difficulté à nouer ses lacets ou à regarder sur la banquette arrière en voiture par exemple.
  • On ressent des douleurs sporadiques qui tendent à s’accentuer en intensité et en fréquence au fil du temps.

Alors? De quelles façons peut-on rehausser notre volume d’activité physique afin de prévenir ce genre d’effet négatif sur la colonne vertébrale, mais aussi une panoplie d’autres problèmes de santé comme les maladies cardiovasculaires?

A. Les entraînements virtuels. On sait… « Ce n’est pas pareil ». Mais en attendant de retourner pratiquer votre activité physique préférée, pourquoi ne pas faire l’essai d’un cours en ligne. Les entraîneurs se donnent corps et âmes actuellement pour offrir des cours dynamiques, riches et complets sur la toile.


La plupart sont conçus pour être réalisés avec très peu d’équipement. Il y a tout de même des avantages à l’entraînement virtuel comme la liberté de le faire quand bon nous semble et l’économie de temps habituellement consacré au transport et à la préparation.

B. La marche, la course ou le vélo. Dans l’ancien temps, on recommandait d’aller travailler en vélo ou à pied afin d’augmenter son volume d’activité physique quotidien. Bon. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui font à peine quelques mètres pour se rendre au boulot. À ceux-ci, on conseille de tirer profit de l’économie de temps et de prendre 30 minutes par jour, le matin, le midi ou en fin de journée pour aller marcher d’un bon pas, faire du vélo ou encore courir.

D’ailleurs, la course à pied offre un excellent rapport temps investi/bienfaits, mais occasionne plus souvent des blessures. Pour partir du bon pied et minimiser le risque de blessure, un programme comme celui de la Maison de la Course, offert en version ballado, est parfait. https://maisondelacourse.com/fr/cliniques/courir-101/

C. Les équipements fitness extérieurs publics. Ce n’est pas dans toutes les villes et villages que l’on retrouve ce type d’infrastructures, mais de plus en plus de parcs rendent des équipements disponibles à ceux qui souhaitent faire un peu de muscles ou de cardio pendant que leurs enfants jouent à-côté. Il s’agit d’une belle façon de faire d’une pierre, deux coups. Les enfants sont heureux, les parents sont en forme!

Pour découvrir les 3 piliers de l’activité physique et ainsi mieux choisir quel sport pratiquer.

Lire 20 trucs simples pour bouger plus au quotidien .

2. Le divan

Vous connaissez l’expression « Netflix & Chill »?

Qui a pu résisté à l’appel de la télésérie en rafale dans la dernière année? Jusqu’ici, on comprend le besoin de se divertir et d’oublier un peu ce qui se passe dans le monde, mais le problème majeur pour la colonne vertébrale ce n’est pas This is Us ou Casa de Papel, mais bien la posture que l’on adopte dans le divan pour les écouter.

Plus le temps avance, plus on se retrouve affalé, un peu croche, le cou bien en flexion. Voici quelques solutions pour minimiser les impacts.

  1. Éviter d’écouter le contenu sur un ordinateur portable – particulièrement s’il est déposé sur nos genoux.
  2. Éviter les fauteuils inclinables. Ce sont de vrais engins de torture pour le bassin et la colonne vertébrale lombaire.
  3. Éviter les appui-têtes démesurés qui poussent vers l’avant.
  4. Faire des pauses régulièrement pour se lever et s’étirer.
  5. S’assoir les fesses bien au fond de l’assise, le dos le plus droit possible. On peut utiliser un pouf pour allonger les jambes au besoin.
  6. Éviter d’écouter la télévision en position couchée.
  7. Aller au lit quand on cogne des clous. Rien de pire que de s’endormir la tête penchée. Aïe!

3. Le cou du texto

Avez-vous déjà entendu parler du syndrome du cou du texto? Il s’agit d’un problème assez récent, lié à l’utilisation accrue des téléphones mobiles.

Bien avant la pandémie, les chiropraticiens ont constaté une augmentation fulgurante de patients qui consultent pour des douleurs au cou et aux épaules. Le problème est devenu encore plus fréquent depuis que toutes nos activités quotidiennes ont migré vers le virtuel : travail, magasinage, relations sociales, etc.

La plupart des gens regardent leur téléphone dans une position inadéquate :

Cette posture entraîne son lot de conséquences dont une modification de la charge sur les muscles de la nuque en raison du poids de la tête qui s’élève à mesure que l’on la penche vers l’avant.

Un syndrome du cou du texto peut se traduire par :

  • Des raideurs musculaires au cou
  • Des douleurs aux épaules
  • Des maux de tête
  • Une modification de l’alignement vertébral (port antérieur de la tête et bosse de bison)
  • Des engourdissements dans les bras

Pour réduire l’impact de l’utilisation du téléphone mobile sur la colonne vertébrale :

A. On doit prendre conscience de notre posture et la modifier.

 

B. Utiliser un autre type d’écran quand c’est possible (la tablette posée sur une table ou encore un ordinateur)

C. Réduire son temps d’écran.

Pour en apprendre plus sur le syndrome du cou du texto, lisez notre article complet en cliquant ici.

4. La non-ergonomie en télétravail

On se disait que c’était temporaire, qu’on allait retourner au bureau bien vite. Mais les choses ont changé, beaucoup. La venue du télétravail dans nos vie a eu beaucoup d’impacts, dont un majeur sur notre posture.

Un bureau de travail qui n’a pas été optimisé pour nous, ça peut rapidement devenir un enfer :

  • Maux de tête
  • Douleurs et raideurs au cou
  • Douleurs et raideurs au dos
  • Douleurs aux fesses et engourdissements des membres inférieurs
  • Chocs électriques dans la jambe
  • Fatigue
  • Douleurs aux épaules, bras et poignets
  • Engourdissements des mains
  • Douleurs aux yeux

Afin de réduire l’impact d’un poste de travail mal ajusté (voire inexistant), voici 3 pistes de solutions :

  1. Engager un ergonome (ou en faire une demande à son supérieur), c’est la solution la plus efficace et la plus rapide.
  2. Lire cet article sur la posture en télétravail et apporter soi-même les modifications nécessaires.
  3. Changer régulièrement de position en faisant l’acquisition d’un bureau à hauteur ajustable afin de travailler debout ou assis.

5. Le stress

S’il y a un sujet où tout le monde est d’accord en ces temps mouvementés, c’est bien l’augmentation du niveau de stress dans nos vies.

Déjà le rythme effréné du 21e siècle demandait une grande adaptation quotidienne, on peut dire que la pandémie a carrément fait exploser l’intensité, la fréquence et les sources de stress.

Mais quel est le lien entre le stress et la colonne vertébrale? Tout!

La colonne vertébrale est la carapace du système nerveux, qui lui, est le gestionnaire de stress.

Qui n’a jamais ressenti plus de raideurs et de douleurs musculaires et articulaires lors des grandes périodes de stress?

Du côté des cliniques chiropratiques, on constate que la pandémie a créé une augmentation importante du nombre de consultations. Les listes d’attente s’allongent et nos patients sont de plus en plus impactés par le stress et le climat de peur qui règne actuellement. Même chose chez nos confrères psychologues.

Mais il existe des solutions pour minimiser les impacts du stress sur la colonne vertébrale ou ailleurs.

  1. Réduire les sources de stress autant que possible. Ne laissez pas traîner un malentendu avec quelqu’un, imposer vos limites à votre entourage (incluant votre patron 😉 ), ne jouez pas à l’autruche et planifiez votre année financière surtout si vous la redoutez.
  2. Prendre soin de sa bulle et mieux choisir ce qui peut y entrer. Votre environnement a un impact majeur sur votre état de bien-être. Que ce soit les informations que vous consommez, les personnes que vous côtoyez et les milieux que vous fréquentez, il est primordial de bien choisir ce qui vous entoure.
    Un coloc amer, une amie cynique, des bulletins de nouvelles alarmistes influencent votre état d’esprit. S’entourer de personnes positives qui offrent des solutions et qui sont bienveillantes, consommer l’actualité à petite dose, faire partie d’une communauté virtuelle stimulante et enrichissante qui vous permettra de vous développer et de connecter avec les autres sont autant de belles solutions pour créer un environnement serein.
  3. Utiliser des outils de gestion de stress. Il existe tellement de façons d’évacuer le stress : la respiration consciente, la cohérence cardiaque, l’activité physique, la cuisine, l’écriture, la lecture, les arts, la zoothérapie, les étirements, la danse, la musique, etc.
    Trouvez les activités qui vous conviennent le mieux et inscrivez-les sur votre tout-doux liste, que vous garderez à portée de vue. Attention au piège, celui d’oublier de les utiliser quand on en a le plus besoin.
  4. Faire vérifier sa colonne vertébrale par un chiropraticien. L’ajustement chiropratique permet de normaliser l’alignement et le mouvement des vertèbres, ce qui permet d’optimiser le fonctionnement du système nerveux. Vous savez, ce même système qui est responsable des réactions de stress et des capacités d’adaptation du corps.

Pour en apprendre plus sur le stress et ses effets, consultez cet article.

En résumé :

Notre colonne vertébrale aussi subit les impacts négatifs de la pandémie :

1. Nous sommes plus sédentaires
2. Nous passons plus de temps sur le divan, souvent dans de mauvaises postures
3. Nous sommes plus susceptibles de souffrir d’un syndrome du cou du texto en raison d’une augmentation de notre temps d’écran sur mobile
4. Nous travaillons sur des postes de travails temporaires qui n’ont pas été ajustés à notre physionomie
5. Nous subissons un niveau plus élevé de stress

Categories Fonctionnez mieux

Douleurs liées au travail : pourquoi la chiropratique est si efficace

Catherine, préposée aux bénéficiaire et Sylvain, électricien, ont au moins une chose en commun : ils souffrent de douleurs physiques au travail. Ils reviennent du boulot complètement épuisés et se demandent s’ils pourront tenir le rythme encore longtemps.

Ils sont loin d’être les seuls. Un travailleur sur quatre (soit 20% des hommes et 31% des femmes) souffre d’un trouble musculo-squelettique (TMS) lié au travail.

Ça représente plus d’un million de Québécois. C’est peut-être commun, mais ça n’en demeure pas moins INNACCEPTABLE. Surtout d’un point de vue chiropratique. Personne ne devrait avoir à échanger son bien-être contre de l’argent.

Ceci dit, il est vrai que certains métiers sont plus exigeants physiquement, psychologiquement ou demandent un travail répétitif, mais il existe des solutions pour contrecarrer les effets physiques néfastes causés par un travail.

Le problème va souvent bien au-delà de la souffrance physique, selon un rapport de l’INSPQ de 2015, les TMS d’origine non traumatique sont fortement associés à la détresse psychologique liée au travail.

Vous êtes plus sujet de souffrir de TMS lié au travail si …

  • Vous êtes une femme
  • Vous avez plus de 45 ans
  • Votre travail est dans la catégorie « ouvrier qualifié » ou « personnel et ouvrier non qualifiés et manœuvres »
  • Vous vous percevez comme financièrement pauvre
  • Vous êtes fortement exposé à des contraintes physiques au travail (manutention de charge, autres effort, posture contraignante, gestes répétitifs)
  • Vous êtes exposé à des exigences psychologiques élevées au travail comme une charge de travail élevée
  • Vous recevez une faible reconnaissance pour votre travail
  • Vous subissez du harcèlement psychologique au travail

La chiropratique est vraiment toute-indiquée si votre travail vous occasionne des douleurs, des inconforts et des malaises physiques.

Compte tenu de leur formation avancée, les chiropraticiens sont bien outillés pour traiter les problèmes neuro-musculo-squelettiques.

Les preuves sont bien là, si vous doutez toujours :

  • Selon une étude de 2010 réalisée par la Blue Cross Tennessee, le traitement chiropratique entraîne une réduction des coûts par incident de 40%
  • Les patients traités en chiropratique retournent au travail plus rapidement que ceux qui ont été suivis en médecine
  • Les patients traités en chiropratique sont moins susceptibles de devoir subir une chirurgie

Pourquoi les chiropraticiens obtiennent-ils de si bons résultats avec leurs patients qui souffrent de douleurs liées au travail?

  1. La formation du chiropraticien. Le chiropraticien est formé pour évaluer, diagnostiquer et traiter les blessures liées au travail. Grâce à ses connaissances approfondies en biomécanique, en anatomie et en neurologie qu’il a acquises au cours de son doctorat universitaire de premier cycle, le chiropraticien est en mesure de déterminer la cause exacte de votre douleur. Il pourra ainsi vous proposer une solution adaptée à votre situation.
  2. Des traitements sûrs, efficaces et uniques. Le chiropraticien est le seul professionnel de la santé à utiliser l’ajustement chiropratique comme outil principal.
    Cette manipulation articulaire permet de rétablir la fonction articulaire, d’améliorer la mobilité, de réduire les tensions musculaires et d’optimiser l’ensemble des fonctions du corps grâce à une action directe sur le système nerveux.
  3. Une boîte à outils bien garnie. En plus de l’ajustement, le chiropraticien utilise souvent d’autres modalités de traitement pour bonifier ses interventions : techniques de tissus mous (travail musculaire et ligamentaire) et thérapies complémentaires (glace, chaleur, ultrasons, électrothérapie…).
  4. Des recommandations qui font la différence. Chez les travailleurs, les recommandations du chiropraticien jouent un rôle essentiel dans le soulagement des symptômes et la guérison des blessures.
    Un docteur en chiropratique pourra vous suggérer des étirements ou des exercices spécifiques, vous enseigner des techniques de levée de charge, vous conseiller sur les bonnes postures à adopter et sur l’ergonomie de votre poste de travail.
    Que vous travailliez en position assise ou debout, les bras dans les airs ou que vous fassiez des mouvements répétés, votre chiropraticien vous aidera à déterminer ce qui cause ou aggrave votre problème et pourra vous proposer des solutions adéquates.
  5. Prévention des blessures. Un corps qui fonctionne de façon optimale est un corps moins à risque de subir des blessures (traumatiques ou de surutilisation).
    Grâce aux ajustements chiropratiques, mais aussi aux diverses recommandations (exercices, posture, habitudes de vie), votre chiropraticien vous aide à être au sommet de votre forme, réduisant ainsi les risques de blessures et de traumatismes.

Quelques faits intéressants :

  • Les troubles musculo-squelettiques représentent 27 % des dossiers de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Plus de la moitié concernent des problèmes de dos.
  • Les lésions des membres supérieurs et de la colonne vertébrale sont les blessures professionnelles les plus fréquentes : tendinopathies, hernies discales, cervicalgies, lombalgies, sciatalgie, entorses, syndrome du tunnel carpien, etc.
  • Un des facteurs de risque suivants ou une combinaison de plusieurs d’entre eux augmente les chances de souffrir d’une lésion professionnelle : adoption de postures fixes ou contraintes, répétition continuelle de certains mouvements, cadence de travail trop rapide sans temps de récupération adéquat, force des mouvements trop importante, températures extrêmes et vibrations.
  • Les travailleurs les plus souvent touchés sont entre autres : les machinistes, les manutentionnaires, les camionneurs, les travailleurs des secteurs du bâtiment, des travaux publics et de la construction, les usineurs, les monteurs, les électriciens, les caissières, les coiffeuses, les travailleurs de bureau et les peintres.
  • Une étude récente menée par le Dr Marc-André Blanchette, D.C., parue dans le Journal of Occupational Rehabilitation, a démontré que les travailleurs ontariens qui ont d’abord consulté un chiropraticien pour leurs maux de dos professionnels avaient une plus courte période d’indemnisation comparativement à ceux qui avaient consulté un médecin ou un physiothérapeute.
  • Les personnes traitées en chiropratique ont coûté 40 % moins cher au Workers Compensation Board of Manitoba (l’équivalent manitobain de la CNESST) que ceux traités en médecine.

Tant qu’à devoir aller travailler, n’est-il pas plus agréable de s’y rendre en pleine possession de ses moyens, dans un corps exempt de douleurs en sachant qu’on fait le mieux pour qu’il nous serve aussi bien encore longtemps?

 

Ressources (telle que consultées le 13 avril 2021)

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/2632_troubles_musculo-squelettiques_non_traumatiques_travail.pdf

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27638518/

https://chiropractic.ca/fr/blogue/vous-avez-le-dos-de-vos-employes-a-coeur-guide-chiropratique-a-lintention-des-employeurs/

Categories Fonctionnez mieux

5 indices d’une colonne vertébrale désalignée

Maux de tête fréquents, douleurs articulaires, raideurs musculaires, fatigue… Ça vous dit quelque chose? Ce sont tous des symptômes possibles d’une colonne vertébrale désalignée.

La colonne vertébrale, c’est l’armure du système nerveux, qui lui, est le Maitre de tous les systèmes. On pourrait le comparer à une autoroute qui relaie les informations entre le cerveau et le reste du corps (organes, muscles, articulations…).

Imaginez si les panneaux de l’autoroute annonçaient les mauvaises sorties. Ce serait la pagaille n’est-ce pas? C’est un peu ce qui se passe lorsque la colonne vertébrale n’a pas un alignement ni un fonctionnement optimal.

La fluidité circulatoire de l’information est moindre, les données échangées entre le cerveau et le corps sont erronées. Ce qui entraîne des problèmes de communication et des défaillances fonctionnelles. Consultez cet article pour en apprendre plus sur le lien entre une colonne vertébrale dysfonctionnelle et les fonctions organiques.

Et vous, vous êtes-vous déjà demandé si colonne vertébrale était bien droite?

Voici 5 signes qui pourraient indiquer une colonne vertébrale désalignée.

1. Des pieds désalignés

Les pieds sont la fondation de la charpente du corps, sur laquelle repose la colonne vertébrale. Il se pourrait que votre colonne vertébrale soit désalignée si vos pieds présentent une asymétrie à la marche.

Pour savoir si c’est votre cas, observez d’abord vos vieilles chaussures. Oui, oui! Regardez si elles sont usées de façon symétrique (droite et gauche). Un soulier très usé d’un seul côté est un indice important d’une asymétrie de la démarche.

Vous pouvez aussi observer l’angle de votre pied lorsque vous marchez. Si un de vos deux pieds n’est pas droit, c’est-à-dire qu’il présente un angle (vers l’extérieur ou l’intérieur), cela pourrait indiquer un désalignement potentiel de la colonne vertébrale.

2. La répartition de votre poids

Pour faire ce test, vous devrez utiliser 2 balances (pèse-personne). D’abord, assurez-vous qu’elles sont calibrées en vous pesant sur chacune d’elles. Ensuite, placez-les une à côté de l’autre, puis monter un pied sur l’une, puis sur l’autre.

Le poids indiqué sur chacune des balances devrait être le même. Si ce n’est pas le cas, cela indique qu’une de vos 2 jambes soutient davantage de poids, un autre indice que votre colonne vertébrale pourrait être désalignée.

3. Un cou qui ne tourne pas rond

Votre cou devrait tourner à la même amplitude (aussi loin) en rotation gauche ou droite.

Pour vérifier, tournez la tête à gauche puis à droite et voyez si l’un des 2 côtés va moins loin que l’autre ou entraîne un inconfort. Si c’est le cas, il se pourrait qu’une de vos articulations cervicales, plus fréquemment C1 ou C2, soit désalignée ou dysfonctionnelle.

Un problème d’alignement ou de mouvement dans cette région est l’une des raisons les plus fréquentes de consultation en chiropratique. Il est souvent associé à des maux de tête et des raideurs cervicales.

4. La longueur des jambes

Il est fréquent de voir une jambe plus courte que l’autre de quelques millimètres. La plupart du temps, cela indique un problème de positionnement ou de mouvement des os du bassin. D’ailleurs, bon nombre de chiropraticiens utilisent cet indice pour observer la position des os pelviens.

Toutefois, une différence plus marquée et durable dans le temps, indique souvent la présence d’une jambe anatomiquement plus courte. Cette anomalie entraîne fréquemment un désalignement de la colonne vertébrale qui cherchera à compenser le manque de longueur de la jambe.

Le corps voudra toujours garder les yeux alignés et parallèles au sol. En présence d’une jambe courte, cet objectif entraînera une inclinaison du bassin et des épaules. La colonne vertébrale, quant à elle, s’ajustera à cette position en créant des courbes anormales en forme de S.

Pour évaluer la longueur des jambes, allongez-vous sur le ventre sur un lit ou une table de massage, idéalement la tête droite et les pieds dans le vide. Demandez à votre assistant d’amener vos talons côte-à-côte en maintenant fermement les plantes de pied.

Une autre façon de savoir si vous avez une jambe plus longue que l’autre est d’observer vos bas de pantalon. Y a-t-il un côté plus usé que l’autre ou qui semblerait traîner par terre? Cet indice est moins précis, mais très concluant lorsque présent.

5. Se tracer dans le miroir pour voir

Pour faire cette vérification, vous aurez besoin d’assistance. Placez-vous dos à un miroir plain-pied et demandez à votre assistant de tracer le contour de votre corps sur le miroir à l’aide d’un crayon effaçable. Oui, oui, comme à la garderie!

Vous devriez constater que vos épaules, vos hanches, vos genoux et vos chevilles se trouvent à la même hauteur. Si ce n’est pas le cas, vous avez là un indice d’une possible colonne vertébrale désalignée.

Quoi faire si votre colonne vertébrale est désalignée?

Si un ou plusieurs de ces indices sont positifs dans votre cas, il serait sage de faire vérifier votre colonne vertébrale par un chiropraticien, et ce, même si vous ne présentez aucun des symptômes fréquents associés à un désalignement vertébral. Rappelons que ces symptômes vont des douleurs articulaires et musculaires, aux tensions et raideurs en passant par les maux de tête et la fatigue.

Bien souvent, il faudra du temps avant que le corps ne soit plus en mesure de s’adapter à un désalignement vertébral. C’est à ce moment seulement que les symptômes apparaîtront.

Un traitement entrepris plus tôt dans l’évolution du problème sera plus efficace et ce, avec un moindre effort. Comme le dit le bon vieux dicton : « Mieux vaut prévenir, que guérir! ».

Categories Pensez mieux

Vous oubliez toujours où se trouvent vos clés? Voici 10 façons d’améliorer votre mémoire

Jeanne est prête à partir pour le travail. Elle constate alors qu’elle ne trouve plus ses clés. Les a-t-elle mises dans sa poche de manteau? Dans son sac à main? Ou bien les a-t-elle laissées sur la table? Après quelques minutes de recherche, Jeanne les retrouve finalement sur la tablette supérieure du placard.

Elle s’assoit dans la voiture, démarre le moteur mais s’arrête net : le document de présentation!!! Il est resté sur l’imprimante. Grrrr!

Une fois au bureau, elle salue une cliente fidèle. « C’est quoi son prénom déjà??? »

Ça vous arrive aussi d’oublier le nom d’une personne, l’endroit où vous avez mis vos clés ou encore ce que vous avez dit ou pas à votre douce moitié? Que vous soyez une nouvelle maman, un professionnel un peu trop stressé ou encore à l’aube de la retraite, vous pouvez améliorer la situation!

Les facteurs influençant les fonctions cognitives comme la mémoire

L’alimentation, l’inflammation, les toxines environnementales, le stress, l’exercice physique, les variations et déficiences hormonales, la génétique, le vieillissement ainsi que les déficiences en vitamines, minéraux et oméga 3 jouent tous un rôle dans les fonctions cognitives.

Afin d’optimiser votre mémoire, vous devrez travailler à la fois sur la structure et la fonction. Voici comment.

La structure

L’inflammation, induite notamment par une mauvaise alimentation, le stress et la sédentarité, endommage les structures cérébrales responsables (entre autres) de la mémoire.

En adoptant de saines habitudes de vie, vous offrirez aux cellules de votre cerveau ce dont elles ont besoin pour fonctionner de façon optimale, tout en les protégeant des effets nocifs de l’oxydation et des processus inflammatoires.

La fonction

Mais pour conserver ses fonctions cognitives, il ne suffit pas d’huiler le moteur; il faudra aussi le faire tourner.

Certains exercices contribueront à entraîner la mémoire, comme on entraîne un muscle.

5 trucs pour améliorer et protéger la structure de votre cerveau

  1. L’alimentation. Pour diminuer l’inflammation générale, visez d’abord la réduction du taux de sucre dans le sang en évitant les aliments riches en sucres libres.
    Un apport adéquat en vitamine D, vitamine B (B12, B6), folate, coenzyme Q10 et oméga 3 ainsi qu’une réduction de l’accumulation de toxines comme le mercure sont d’autres façons de parvenir à réduire l’inflammation.
    Les aliments à privilégier sont : avocat, brocoli, betterave, légumes verts (chou kale, laitue romaine, épinard, etc.), huile de coco, chocolat (à haute teneur en cacao), huile d’olive extra-vierge, céleri, œufs, saumon sauvage d’Alaska (le saumon d’élevage peut contenir des taux élevés de mercure), bleuets, graines de lin et noix de Grenoble.
  2. L’exercice physique. Les bienfaits de l’activité physique ne sont plus à prouver. Bouger régulièrement réduit le stress, oxygène l’organisme (et le cerveau) et aide à maintenir un poids santé.
    L’exercice quotidien (une marche de 30 minutes suffit) contribue à réduire le risque d’apparition du diabète, de l’hypercholestérolémie, de la dépression et du syndrome métabolique, des maladies souvent en lien avec l’Alzheimer.
  3. La réduction du stress. Le stress est un facteur important des troubles de la mémoire. Des études menées par le Centre d’études sur le stress humain (CESH) confirment que les hormones du stress, en trop faible ou trop importante quantité, affectent la mémoire.
    Le stress augmente le taux de cortisol, qui à son tour perturbe les fonctions cérébrales. La relaxation, le yoga et la méditation aident à gérer le stress.
  4. Le sommeil. La mémoire se consolide durant le sommeil. Le cerveau organise les nouvelles connaissances et les inscrit dans la mémoire à long terme. Une nuit de sommeil satisfaisante en quantité et en qualité assure un processus optimal de mémorisation.
    Un adulte moyen devrait dormir environ 7 ou 8 heures par nuit. La qualité du sommeil est toutefois très importante. La consommation d’alcool ou de drogues, la lumière (d’une veilleuse ou d’un écran), un matelas ou un oreiller de piètre qualité et le stress sont autant de facteurs qui peuvent compromettre la qualité du sommeil.
    Des études préliminaires du laboratoire Holtzman, publiées dans le magazine Science, ont rapporté un lien important entre la privation de sommeil et la maladie d’Alzheimer chez les souris.
  5. La supplémentation. La vitamine D joue un rôle important dans les fonctions cognitives. Les suppléments en vitamine D (surtout en hiver) permettent de réduire les risques d’apparition de maladies telles que l’Alzheimer et le Parkinson.
    Les acides gras oméga 3 (dont l’acide docosahexaenoïque ou ADH) sont une constituante importante des cellules du cerveau et réduisent les réactions inflammatoires, notamment celles impliquées dans la maladie d’Alzheimer.

5 astuces pour améliorer et protéger la fonction de votre cerveau

  1. Mettre chaque chose à sa place. Aménagez un endroit pour ranger de façon permanente chaque objet utilisé régulièrement (clés, téléphone, portefeuille). Vous réduirez ainsi le stress ressenti lorsque vous cherchez ces indispensables. De plus, vous ferez de l’espace dans votre mémoire pour autre chose.
    D’ailleurs, chaque fois que vous empoignez vos clés avant de partir, prenez l’habitude de vous questionner : ai-je tout ce dont j’ai besoin pour aujourd’hui (lunch, clé USB pour la présentation, cadeau d’anniversaire d’un collègue, par exemple)?
  2. Apprendre un nom. Lorsque vous faites la rencontre d’une nouvelle personne, concentrez-vous sur l’apprentissage de son nom, faites-en une représentation mentale afin d’intégrer cette nouvelle connaissance dans votre mémoire à long terme. Bien souvent, les gens croient avoir oublié le nom d’une personne alors qu’ils ne l’avaient simplement pas inscrit correctement dans leur cerveau.
  3. Jouer. C’est bien connu, résoudre des grilles de sudoku et de mots croisés est bénéfique pour le cerveau. Vous aimeriez faire quelque chose de différent? Essayez les jeux vidéo et les applications pour tablettes et cellulaires, comme Cut The Rope.
    Des études rapportent que ce type de jeu (tout comme les jeux de rôle d’ailleurs) pourrait aider à se souvenir de l’endroit où l’on a stationné la voiture. Qui l’eût cru?
    Commencez maintenant en imprimant ce sudoku. La réponse se trouve à la fin de l’article.
  4. Un petit effort. N’ayez pas peur de vous mettre à l’épreuve. Composez le numéro de téléphone d’un ami de mémoire, utilisez une route alternative pour vous rendre au boulot, brossez-vous les dents avec l’autre main, portez votre montre à l’envers, ne regardez votre liste d’épicerie qu’à la toute fin… Recourez à Google en dernier lieu, si votre mémoire vous fait toujours défaut malgré un effort.
  5. Rire. Simple n’est-ce pas? Riez! Le rire aide à la gestion du stress et apporte de nombreux bénéfices aux diverses fonctions cognitives.

 

Sources :

UCLA Longevity Center : www.semel.ucla.edu
Dr Gary Small : drgarysmall.com
Magazine Prevention : janvier 2017, janvier 2016
Centre de référence sur la nutrition pour l’Université de Montréal : www.extenso.org
15 Brain Foods To Boost Focus and Memory : draxe.com
9 Steps to reverse Dementia and Memory Loss as You Age : drhyman.com
Centre d’études sur le stress humain : www.stresshumain.ca

Réponse du sudoku :

Categories Fonctionnez mieux

Est-ce qu’un chiro ajuste tous ses patients de la même façon?

La question revient une fois de temps en temps : « Est-ce que tu me fais la même chose qu’à tous tes autres patients? ».

Quelle belle occasion pour décortiquer la méthode de travail du chiropraticien.

Parce que non, un docteur en chiropratique n’offrira pas le même traitement à tous.

Tout comme un mécanicien ne va pas changer la même pièce sur toutes les voitures en panne, le chiropraticien doit personnaliser son approche pour répondre aux besoins exacts de son patient.

Alors de quelle façon un chiropraticien s’y prend-t-il pour déterminer le traitement approprié?

Le service chiropratique VIP

  1. L’entrevue. Lors de sa première rencontre, le patient chiropratique répondra à plusieurs questions dont les réponses dirigeront le chiropraticien sur le type d’examen qu’il fera.
    Ces questions porteront sur le motif de consultation, mais aussi sur la santé générale et les antécédents. Le chiropraticien pourra alors procéder à un premier tri et fera ce qu’on appelle dans le jargon médical et chiropratique : un diagnostic différentiel.
    Il s’agit d’une liste assez exhaustive des diagnostics possibles, dressée à la lumière des réponses données par le patient : lieu de la douleur, type de douleur, fréquence, autres symptômes, ce qui aggrave ou soulage la douleur, etc.
  2. L’examen initial. Le chiropraticien choisira les examens nécessaires pour éliminer ou confirmer les différents diagnostics possibles. Il ajoute à cela un examen global du fonctionnement de la colonne vertébrale et lorsqu’indiqué, un ou des examens complémentaires, comme les radiographies par exemple.
  3. Le diagnostic. Les résultats de l’examen permettront au docteur en chiropratique de poser un diagnostic. Ce diagnostic déterminera le plan et les modalités de traitement.
    On ne traite pas un torticolis de la même façon qu’une entorse lombaire, cela va de soi.
  4. Les autres découvertes. L’examen initial permet aussi au chiropraticien de faire d’autres découvertes intéressantes.
    Quels muscles sont tendus, quelles articulations sont limitées dans leurs mouvements, quel segments vertébraux sont subluxés, etc? Le traitement pourra adresser ces divers problèmes, même s’ils ne sont pas toujours directement liés avec le motif de consultation.
  5. Les antécédents et autres particularités. Le chiropraticien choisira d’utiliser une technique ou une autre selon les antécédents du patient. Par exemple, le chiropraticien va adapter ses manœuvres pour un patient qui souffre d’ostéoporose ou de fibromyalgie.

    Certaines situations particulières, comme la grossesse, vont aussi demander au docteur en chiropratique de modifier son approche. Les bébés, les enfants et les aînés sont tous des patients qui bénéficieront assurément d’un ajustement adapté.
  6. L’examen régulier. L’état du patient évolue rapidement et le chiropraticien doit s’ajuster (le jeu de mot ici).
    À chaque visite, il prendra le temps de poser quelques questions pour voir si des changements sont survenus, si le problème évolue normalement et s’il n’y aurait pas une nouvelle donnée dans l’équation.

    Il procédera aussi à une palpation de la colonne vertébrale et de la musculature pour constater par lui-même cette évolution. Ce sont ses principaux indicateurs qui détermineront le type d’ajustement qu’il fera.

Lorsqu’il palpe les différents segments de la colonne vertébrale et des autres articulations avec ses mains, le chiropraticien « challenge » les mouvements de chacune des articulations.

Lorsqu’il constate qu’une articulation est restreinte dans un axe, il pourrait décider ou non d’ajuster ce segment en fonction des autres observations.

Donc, beaucoup de facteurs entrent en ligne de compte et ça explique les 5 ans d’études au doctorat de premier cycle.

Il existe beaucoup de techniques en chiropratique. C’est donc possible qu’un chiropraticien choisisse un outil externe pour traiter ou diagnostiquer.

Mais ce qui reste sûr et certain, c’est que son traitement sera différent d’un patient à l’autre. Si ce n’est pas le cas, posez-vous de sérieuses questions.

;-p

Pour en savoir plus sur la chiropratique :
https://monchiro.ca/comprendre-la-chiropratique/
https://monchiro.ca/la-chiropratique-et-le-chiropraticien/

Categories Fonctionnez mieux

13 habitudes quotidiennes qui nuisent à votre dos

À 45 ans, Justine se demande pourquoi son dos lui fait de plus en plus mal. Pourtant, elle fait du sport, s’alimente bien et dors suffisamment.

Lorsqu’elle a consulté un chiropraticien pour la première fois, elle fut surprise d’apprendre qu’elle avait plusieurs habitudes qui nuisaient à sa colonne vertébrale.

Et vous, combien de ces habitudes font partie de votre quotidien?

  1. Mettre son portefeuille dans sa poche arrière. Messieurs, cette habitude est plus fréquente chez vous. S’assoir sur son portefeuille, aussi mince soit-il, crée un débalancement au niveau du bassin, ce qui peut entraîner une déviation de la colonne vertébrale et un déséquilibre musculaire. Prenez l’habitude de le retirer de votre poche à votre arrivée à la maison, avant de vous assoir et en entrant dans la voiture, surtout si vous prévoyez un long trajet.
  2. Dormir sur le ventre. Cette position occasionne des tensions à la base du cou et ne soutient pas correctement la colonne lombaire (bas du dos), en plus de créer des contractures aux muscles des épaules. Dormez plutôt sur le dos, sinon sur le côté. Choisissez un oreiller en fonction de la position la plus fréquente et insérez un coussin sous les genoux (sur le dos) ou entre les genoux (sur le côté). Plusieurs dormeurs sur le côté apprécient l’utilisation d’un oreiller de corps (un long oreiller sur lequel vous pouvez appuyer à la fois le bras et le genou et qui épouse la forme du corps).
  3. Porter des chaussures à talons hauts, des mules ou des ballerines. Mesdames, les chaussures à talons hauts galbent peut-être vos jambes et vos fesses, mais elles nuisent grandement à votre colonne lombaire en accentuant sa courbe. Tandis que le problème avec les mules, c’est qu’elles compressent souvent l’avant-pied et offrent très peu de soutien.
    On vous entend d’ici : « Si je ne peux plus porter ni mes talons hauts ni mes ballerines, que vais-je bien pouvoir me mettre aux pieds? » Autant que possible, choisissez des chaussures avec un léger talon ou des sneakers pour la vie de tous les jours et gardez vos Louboutin pour les occasions spéciales. Variez le type de soulier que vous portez et rappelez-vous : la modération a bien meilleur goût.
  4. Faire la lecture au lit. La position de lecture au lit est rarement optimale. Il serait préférable d’opter pour un fauteuil de lecture. Il est aussi recommandé d’éviter de travailler avec son portable au lit ou sur le sofa, particulièrement sur le ventre.
  5. Ignorer ou masquer une douleur. « J’ai fait un faux mouvement. » « J’ai mal forcé. » « Ça va passer tout seul. » Ces phrases vous disent quelque chose? Nombreux sont ceux à avaler un analgésique pour masquer la douleur. La douleur est un cri d’alarme que vous lance votre corps : quelque chose ne va pas.
    L’ignorer ou l’endormir pourrait aggraver un problème existant et même en créer d’autres par compensation. Écoutez ce que votre corps vous dit, consultez un professionnel de la santé qui cherchera à traiter la cause de votre douleur.
  6. Rester assis plus de 30 minutes. « Rester assis, c’est comme fumer ». Vous avez bien lu! La position assise est aussi nocive pour la santé que le tabac. Avec le mode de vie sédentaire du 21e siècle et le travail de bureau, il est important de rester vigilant et de se lever régulièrement. Toutes les 30 minutes, levez-vous pour faire quelques étirements, aller chercher un verre d’eau, etc. Communiquez avec vos collègues de vive voix plutôt que par courriel. Prenez une marche sur l’heure du lunch.
  7. Porter sa sacoche ou son sac à dos sur l’épaule. Le déséquilibre musculaire causé par cette habitude peut entraîner des douleurs aux épaules, au cou, au dos et même des maux de tête. Assurez-vous que votre sac contienne le minimum d’articles afin d’en réduire le poids. Déposez-le au sol dès que possible. Privilégiez les sacs à dos sur les deux épaules, les sacs banane à la taille ou les sacs en bandoulière (avec modération).
  8. Regarder son téléphone. Le syndrome du cou du texto est un nouveau venu dans le monde des maladies musculo-squelettiques, mais il fait tout un tabac! Regarder un appareil mobile, la tête penchée vers l’avant, met énormément de pression sur les muscles du cou. Cette habitude peut occasionner des maux de cou et des maux de tête, mais peut aussi avoir un impact sur l’alignement vertébral. Des anomalies posturales, comme la bosse de bison ou le cou militaire (perte de la courbe normale), peuvent découler d’un syndrome du cou du texto et même dégénérer en arthrose.
  9. Ne pas récupérer suffisamment après l’entraînement. Si bouger est essentiel, récupérer l’est tout autant. Prenez le temps de vous reposer entre chaque session d’entraînement, particulièrement lorsqu’elles sont intenses. Si vous êtes fatigué, sautez un entraînement sans culpabilité. Votre corps a besoin de repos pour réparer les fibres musculaires endommagées, réduire son inflammation et refaire ses réserves d’énergie.
  10. Soulever une charge à la va-vite. Que ce soit une boîte de déménagement, votre bambin ou même une simple feuille de papier, prenez le temps de plier les genoux et de garder le dos droit pour bien soulever la charge. Il en va de même lorsque vous pelletez : évitez les torsions et jetez la neige devant vous. Bougez les jambes au besoin.
  11. Entrer et sortir de la voiture. Ce geste semble si banal… Pourtant, il n’est pas rare de se blesser en tentant d’entrer ou de sortir de la voiture. Voici la bonne technique. Pour entrer : assoyez-vous d’abord sur le siège, puis pivotez les jambes à l’intérieur. Pour sortir : sortez les deux jambes et aidez-vous de vos bras pour vous relever.
  12. S’assoir dans un fauteuil inclinable (de type La-Z-boy). Si populaire… si confortable. Vraiment? Ce type de fauteuil est l’ennemi numéro un du bas de dos. Il crée une pression importante sur les nerfs sacrés et les dernières vertèbres lombaires en plus de réduire la courbe naturelle de la colonne. Il entraîne aussi un déséquilibre musculaire en raccourcissant les psoas (fléchisseurs de la hanche) et en étirant les muscles fessiers. Choisissez plutôt un sofa droit ou légèrement incliné, assorti d’un repose-pied.
  13. Croiser les jambes. Cette habitude crée un débalancement musculaire dans les régions pelvienne et lombaire. Et la plupart des gens ont un côté de prédilection, ce n’est rien pour aider. Un croisement de jambe sous le genou crée moins de tension.

En éliminant graduellement chacune des habitudes qui vous concernent, vous réduisez la pression sur votre colonne vertébrale, favorisez un fonctionnement optimal et facilitez la guérison.

Choisissez-en une pour commencer, puis, lorsque votre nouvelle habitude est bien ancrée, passez à la suivante.

Categories Bougez mieux, Fonctionnez mieux

7 fabuleux exercices de stabilité du tronc pour prévenir les douleurs au dos

Vous êtes sujets aux maux de dos?

Bien que vous adorez votre chiro, vous préfèreriez le consulter mensuellement pour optimiser votre santé plutôt que chaque semaine pour soulager votre douleur qui réapparaît sans cesse, n’est-ce pas?

Un des secrets pour soulager et prévenir les maux de dos est le renforcement de la stabilité du tronc.

On en parle beaucoup dans le monde de l’entraînement fonctionnel; peut-être que des noms tels que « core training » ou encore « gainage » vous sont plus familiers?

La gaine est un ensemble de muscles qui maintient la stabilité du tronc lors du mouvement. Elle assiste les différents mouvements ainsi que les postures statiques.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la gaine ne se limite pas qu’aux abdominaux.

Les muscles de la gaine aussi appelés stabilisateurs du tronc

1. Les abdominaux

a) Les grands droits : ce sont les plus superficiels, il s’agit du fameux 6-packs. Ils initient la flexion du tronc. Même s’il est le plus connu des muscles abdominaux, il ne contribue que très peu, voire pas du tout à la stabilisation du tronc, contrairement à ce qu’on pourrait croire.
b) Les obliques : ils se situent sur les côtés et permettent la flexion latérale (sur le côté) et avant du tronc.
c) Le transverse : c’est le plus profond. Il enveloppe l’abdomen des côtés vers l’avant. Sa contraction subtile se produit avant même l’initiation du mouvement. Il est souvent endormi, particulièrement chez les femmes qui ont accouché. Son rôle principal est de gainer les organes.

2. Les extenseurs du tronc ou les érecteurs du rachis

Ce sont les muscles qui longent la colonne vertébrale de chaque côté. Ils permettent l’extension du tronc (se pencher vers l’arrière). Ils sont superficiels et très sollicités.

3. Les stabilisateurs

Les multifides sont de tout petits muscles profonds qui relient les vertèbres les unes aux autres. Ils permettent une grande stabilité pour une dépense énergétique faible. Le carré des lombes quant à lui, est, comme son nom l’indique un carré qui va des côtes au bassin de chaque côté de la colonne. Il contribue au mouvement de flexion latérale.

4. Les muscles des hanches et du bassin

a) Les fessiers : ils sont très gros, souvent sollicités et compensent la plupart du temps pour la faiblesse des muscles profonds. D’où leurs spasmes fréquents qui contribuent aux douleurs sciatiques.
b) Le plancher pelvien : il s’agit d’un ensemble complexes de muscles qui a pour fonction de retenir les organes à l’intérieur de la cavité abdominale et stabiliser le tronc notamment. Affaiblis, ils peuvent entraîner de l’incontinence et une descente d’organes.

Tous ces muscles travaillent en synergie, ils ont chacun leur fonction et permettent de conserver la stabilité du tronc lors de mouvements.

Les avantages d’une stabilité du tronc optimale

  1. Réduire les risques de blessures traumatiques
  2. Soulager et prévenir les douleurs au dos et au cou
  3. Réduire les risques de chronicité et de récidives de douleurs lombaires (avoir toujours mal au dos ou de plus en plus souvent)
  4. Améliorer la posture (la faiblesse des stabilisateurs entraîne la posture voûtée)
  5. Améliorer les performances sportives
  6. Améliorer la capacité respiratoire
  7. Améliorer l’apparence physique

Routine de stabilisation du tronc (gainage)

Une routine rapide d’exercices spécifiques pourra rapidement faire une différence dans la gestion de votre douleur au dos. Combinée aux soins chiropratique, cette série d’exercices favorisera un rétablissement rapide et durable de votre problème lombaire.

Soyez patients, cette routine devrait débuter après la phase de soins de soulagement (en phase de correction), lorsque la période de douleur aiguë est terminée.

Tous les exercices doivent être faits LENTEMENT et doivent être combinés à une respiration lente et profonde.

Cet entraînement de stabilisation du tronc (core training) convient parfaitement aux débutants. Toutefois, si une douleur apparaît ou s’aggrave, il est préférable de consulter votre chiropraticien pour qu’il vous aide à adapter l’exercice à votre état.

Respectez toujours les limites de votre corps, soyez à l’écoute. N’hésitez pas à visionner des vidéos tutoriels pour plus de précisions.

1) La planche basse (Low planck)

La planche basse s’exécute sur les avant-bras.
Commencez dans une position à 4 pattes et descendez sur les avant-bras.
Gardez les coudes alignés avec les épaules.
Étendez les jambes derrière en gardant appui sur les orteils ou les genoux selon votre capacité.
Bien pousser sur les coudes pour garder le haut du dos engagé.
Il est important de conserver une ligne droite entre la tête et les jambes, tout en gardant la courbe naturelle du bas du dos.
Pensez à allonger la colonne vertébrale.
Gardez la tête alignée avec la colonne, regardez le bout de vos doigts.
Conservez la position aussi longtemps que possible en mettant le focus sur la contraction de vos abdominaux (rentrez le nombril).
Gardez les épaules loin des oreilles, détendez la mâchoire.
Respirez en engageant les abdominaux!

2) Le pont (Bridge ou demi-pont)

Couchez-vous sur le dos.
Imprimez le haut du dos et les bras sur le sol.
Positionnez vos pieds à la largeur du des hanches.
À l’expiration, soulevez les fesses du sol en dépliant les hanches vers le ciel.
Prenez appui sur la plante des pieds et le haut du dos.
Conservez la position aussi longtemps que possible.
Attention de ne pas laisser les fesses s’affaisser.
Respirez en engageant les abdominaux!

3) Le chat (+ chameau)

Commencez en position 4 pattes.
Placez les mains à la largeur des épaules et les genoux à la largeur des hanches.
Creusez le dos en inspirant profondément et en relevant la tête.
En expirant, dirigez-vous vers un dos rond (chameau).
Engagez les abdominaux.
Regardez au sol.
Revenez à la position initiale en creusant légèrement le dos.
Répétez 10 à 15 fois en conservant une respiration profonde et lente.

4) L’extension croisée (Bird Dog)

Commencez dans la position à 4 pattes.
Placez les mains à la largeur des épaules et les genoux à la largeur des hanches.
Pour cet exercice, il est important d’engager les abdominaux (le transverse principalement) et le plancher pelvien afin de stabiliser le bassin en position neutre (à mi-chemin entre le chat et le chameau de l’exercice #3), pensez à rentrer le nombril.
Allongez la colonne vertébrale.
En inspirant, levez lentement une jambe et le bras opposé.
Tenez la position 10 secondes.
En expirant, revenez à la position initiale.
Répétez de l’autre côté.
Faire 5 à 10 répétitions.
Si vous avez de la difficulté, commencez avec un seul membre (bras ou jambe).

Pour une démonstration vidéo:
https://youtu.be/HjGVRC2sRhk

5) Le dead bug (l’insecte sur le dos)

Couchez-vous sur le dos et relevez les genoux à 90 degrés (les genoux sont pliés et alignés avec les hanches).
Levez les bras au ciel.
Assurez-vous de garder les épaules loin des oreilles.
Relaxez la mâchoire.
Dans un mouvement lent, étendez une jambe et le bras opposé en inspirant.
On arrête la descente des membres lorsqu’on sent que le dos n’est plus au neutre.
Ramenez doucement à la position initiale en expirant.
Répétez du côté opposé.
Faire 1 à 3 séries de 5 à 10 répétitions par côté.

6) La flexion croisée

Couchez-vous sur le dos, les jambes étendues.
Assurez-vous de ne pas imprimer le dos au sol et de le garder engagé tout au long du mouvement afin de stabiliser la colonne vertébrale et le bassin.
En inspirant, relevez le genou vers vous.
Créer une petite pression avec la main opposée sur le genou afin d’engager le grand droit.
Revenez à la position initiale.
Répétez de l’autre côté.
Faire 1 à 3 série de 10-15 répétitions par côté.

7) L’alpiniste (Mountain Climber)

Commencez en position de la planche haute (appui sur les mains).
Placez les mains sous les épaules.
Conservez une ligne droite entre la tête et les pieds (ne pas monter ou descendre les fesses) en conservant la courbe naturelle du bas du dos.
En expirant, amenez lentement le genou vers le coude du même côté.
Revenez à la position de départ en inspirant.
Pensez à engager les abdominaux en roulant le bassin vers l’avant légèrement.
Attention de bien regarder le bout des doigts et de décoller les épaules des oreilles.
Faire 1 à 3 séries de 10-15 répétitions par côté.

N’hésitez pas à en discuter avec votre chiropraticien. N’oubliez pas que le renforcement des stabilisateurs doit se faire lorsque la douleur aiguë est disparue.

Ce type de routine contribuera à réduire le risque de récidive de votre problème lombaire.

Vous n’avez pas mal au dos? Bonne nouvelle! Sachez que cette routine vous sera aussi bénéfique puisqu’elle réduit les risques de blessures traumatiques ainsi que les risques d’incontinence ou de descente d’organe.

 

Remerciements à Maude-Émilie Auger, entraîneure chez Maude-Émilie Inspiration 7.0, pour la collaboration.

Références telles que consultées le 3 février 2021.

https://chiropractic.ca/fr/blogue/4-exercices-a-eviter-si-vous-avez-mal-au-dos-et-quoi-faire-a-la-place/

https://www.runtastic.com/blog/en/10-moves-strengthen-core/

https://www.thejoint.com/2018/08/01/core-concepts-3-exercises-for-spinal-stability

Categories Mangez mieux

Les 5 plus grands mythes sur l’hydratation

Comment savoir si vous êtes suffisamment hydraté? Par la couleur de votre urine, votre sensation de soif, la quantité d’eau que vous buvez? Et si c’était un peu des trois

Ce n’est pas un secret, l’hydratation est un élément majeur qui contribue au bon fonctionnement du corps et au maintien d’une bonne santé.

L’eau a de nombreuses fonctions :

  • Assurer le transport des nutriments
  • Contribuer à la digestion
  • Réguler la température
  • Permettre l’élimination des déchets et toxines
  • Favoriser les bonnes fonctions cognitives et l’humeur
  • Lubrification des articulations
  • Et bien d’autres!

Eh oui ! Si vous avez les deux yeux dans le même trou et qu’il vous est impossible de vous concentrer, c’est peut-être que vous manquez simplement d’eau.

Les informations (et désinformations) qui circulent sur l’hydratation sont multiples. C’est pourquoi nous avons pensé déboulonner quelques mythes pour vous aider à y voir plus clair, clair que de l’eau de roche. 😉

Mythe no 1 : Il est nécessaire de boire 8 verres d’eau par jour

Le corps humain est composé de 60 à 70 % d’eau. Il est donc logique de boire de l’eau pour compenser celle perdue par la sueur et l’urine. Toutefois, la consommation optimale varie d’une personne à l’autre. L’athlète, par exemple, a besoin d’une quantité bien plus importante que grand-mère qui n’a pas couru 100 mètres depuis une éternité. Même chose pour la femme enceinte ou allaitante.

Il peut être intéressant de connaître la quantité exacte d’eau que nous devrions consommer en fonction de nos caractéristiques (âge, sexe, poids, etc.). De cette façon, nous pouvons mieux planifier.

Pour connaître la quantité d’eau exacte recommandée, vous pouvez faire l’essai de ce calculateur d’hydratation : https://www.hydrationforhealth.com/fr/outils/calculateur-dhydratation/

Susan Yeargin, professeure adjointe en entraînement sportif à l’université de Caroline du Nord, affirme que la grande majorité des gens en santé peuvent répondre adéquatement à leurs besoins d’hydratation en se fiant à leur soif. Une affirmation qui ne fait pas l’unanimité. Ce qui nous mène au 2e mythe.

Mythe no 2 : La soif n’est pas un bon indice d’hydratation

Ici, il faut apporter quelques nuances puisque les experts ne s’entendent pas tous sur le fait que la soif est un bon indicateur ou non de l’hydratation.

Dans des conditions normales, la soif se déclenche une fois que le corps détecte une légère déshydratation, soit l’équivalent d’une perte de 1 à 2 % de la masse corporelle.

Il a été démontré que des symptômes légers de déshydratation, notamment au niveau des fonctions cognitives (attention, mémoire) et de l’humeur peuvent se manifester dans cet état de déshydratation légère.

Il n’en reste pas moins qu’étancher la soif comble rapidement cet écart et rétablit l’état d’hydratation normal.

Nous pouvons donc généralement nous fier à la soif pour nous réhydrater, mais il serait préférable de prendre les devants et de boire régulièrement avant même d’en ressentir le besoin.

On ne doit toutefois pas s’inquiéter à outrance, la soif nous rappelle simplement qu’il est grand temps de consommer de l’eau, à défaut de quoi les effets négatifs de la déshydratation risquent de se faire ressentir.

Il est aussi pertinent de mentionner que le mécanisme de soif peut perdre de son efficacité avec l’âge, être perturbé par un trouble métabolique (comme le diabète) ou encore être induit par la prise de médicaments. D’où l’intérêt de combiner cet indicateur à d’autres outils dont un abordé dans le mythe 3.

Mythe no 3 : L’urine doit être claire comme de l’eau de roche

Vous avez probablement exagéré si votre urine ressemble à l’eau que vous venez de boire!

Si votre urine est complètement claire, cela signifie seulement que votre coupe déborde : tout ce qui entre ressort. À l’opposé, si votre urine a la couleur du jus de pomme ou est plus foncée, ou si elle dégage une forte odeur, il faut boire plus d’eau.

La couleur de l’urine est un excellent indicateur d’hydratation. Il est possible de consulter une charte de couleur d’urine comme celle que l’on retrouve dans cet article: https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-deshydratation-3237/ à titre de référence.

Mythe no 4 : La caféine déshydrate

S’il y a bien un mythe sur lequel la science a tranché, c’est celui-ci. Non, la caféine ne déshydrate pas. Une étude récente1 démontre que seules des doses de 360 mg et plus de caféine produisent un volume d’urine beaucoup plus important (une tasse de 237 ml de café filtre en contient 180 mg, alors qu’un expresso de 50 ml en contient 90 mg).

Dans une autre étude2, il a été prouvé qu’il n’existe aucune différence notable entre l’état d’hydratation d’hommes consommant de la caféine de façon régulière en modération et ceux qui ne consomment que de l’eau.

Le thé et le café s’ajoutent à vrai dire à votre consommation d’eau de la journée. Donc, puisque les études ont révélé que ces boissons chaudes ne déshydratent pas et que leur effet diurétique n’annule pas l’hydratation, vous pouvez savourer votre tasse en vous disant qu’elle aide à vous hydrater; tout en évitant d’en abuser bien sûr.

Mythe no 5 : Il est impossible de boire trop d’eau

En réalité, c’est possible. Si vous consommez trop d’eau, vous pouvez abaisser dangereusement la concentration de sodium dans votre sang. C’est ce qu’on appelle l’hyponatrémie, et vous pouvez en mourir. Cet état est plus fréquent lors des activités physiques intenses alors que le sodium et l’eau sont évacués par la sueur.

Il est important de remplacer ces deux pertes à l’aide d’une boisson de réhydratation, qui contient à la fois de l’eau et des électrolytes.

Alors que retenir de tout ça? Écoutez votre corps et sachez reconnaître les signes de déshydratation.

 

Références (Telles que consultées le 17 janvier 2021)
[1] A. P. Passmore et coll., « Renal and cardiovascular effects of caffeine: a dose-response study », Clinical Science, juin 1987
[2] Sophie C. Killer et coll., « No Evidence of Dehydration with Moderate Daily Coffee Intake: A Counterbalanced Cross-Over Study in a Free-Living Population », PLOS, 9 janvier 2014
https://www.mayoclinic.org/want-to-stay-hydrated-drink-before-youre-thirsty/art-20390077
https://www.hydrationforhealth.com/fr/outils/calculateur-dhydratation/
https://www.hydrationforhealth.com/fr/pourquoi-lhydratation/mythe-ou-r%C3%A9alit%C3%A9/
https://www.hydrationforhealth.com/fr/sciences-de-lhydratation/laboratoire-dhydratation/hydratation-humeur-et-fonctions-cognitives/
http://sitn.hms.harvard.edu/flash/2019/neuroscience-thirst-brain-tells-look-water/
https://www.hydrationforhealth.com/fr/pourquoi-lhydratation/hydratation-quotidienne/liste-hydratation-quotidienne/article-regulation-de-la-balance-hydrique/
http://www.hydrationcheck.com/myths.php