Categories Mangez mieux

Les 5 plus grands mythes sur l’hydratation

Comment savoir si vous êtes suffisamment hydraté? Par la couleur de votre urine, votre sensation de soif, la quantité d’eau que vous buvez? Et si c’était un peu des trois

Ce n’est pas un secret, l’hydratation est un élément majeur qui contribue au bon fonctionnement du corps et au maintien d’une bonne santé.

L’eau a de nombreuses fonctions :

  • Assurer le transport des nutriments
  • Contribuer à la digestion
  • Réguler la température
  • Permettre l’élimination des déchets et toxines
  • Favoriser les bonnes fonctions cognitives et l’humeur
  • Lubrification des articulations
  • Et bien d’autres!

Eh oui ! Si vous avez les deux yeux dans le même trou et qu’il vous est impossible de vous concentrer, c’est peut-être que vous manquez simplement d’eau.

Les informations (et désinformations) qui circulent sur l’hydratation sont multiples. C’est pourquoi nous avons pensé déboulonner quelques mythes pour vous aider à y voir plus clair, clair que de l’eau de roche. 😉

Mythe no 1 : Il est nécessaire de boire 8 verres d’eau par jour

Le corps humain est composé de 60 à 70 % d’eau. Il est donc logique de boire de l’eau pour compenser celle perdue par la sueur et l’urine. Toutefois, la consommation optimale varie d’une personne à l’autre. L’athlète, par exemple, a besoin d’une quantité bien plus importante que grand-mère qui n’a pas couru 100 mètres depuis une éternité. Même chose pour la femme enceinte ou allaitante.

Il peut être intéressant de connaître la quantité exacte d’eau que nous devrions consommer en fonction de nos caractéristiques (âge, sexe, poids, etc.). De cette façon, nous pouvons mieux planifier.

Pour connaître la quantité d’eau exacte recommandée, vous pouvez faire l’essai de ce calculateur d’hydratation : https://www.hydrationforhealth.com/fr/outils/calculateur-dhydratation/

Susan Yeargin, professeure adjointe en entraînement sportif à l’université de Caroline du Nord, affirme que la grande majorité des gens en santé peuvent répondre adéquatement à leurs besoins d’hydratation en se fiant à leur soif. Une affirmation qui ne fait pas l’unanimité. Ce qui nous mène au 2e mythe.

Mythe no 2 : La soif n’est pas un bon indice d’hydratation

Ici, il faut apporter quelques nuances puisque les experts ne s’entendent pas tous sur le fait que la soif est un bon indicateur ou non de l’hydratation.

Dans des conditions normales, la soif se déclenche une fois que le corps détecte une légère déshydratation, soit l’équivalent d’une perte de 1 à 2 % de la masse corporelle.

Il a été démontré que des symptômes légers de déshydratation, notamment au niveau des fonctions cognitives (attention, mémoire) et de l’humeur peuvent se manifester dans cet état de déshydratation légère.

Il n’en reste pas moins qu’étancher la soif comble rapidement cet écart et rétablit l’état d’hydratation normal.

Nous pouvons donc généralement nous fier à la soif pour nous réhydrater, mais il serait préférable de prendre les devants et de boire régulièrement avant même d’en ressentir le besoin.

On ne doit toutefois pas s’inquiéter à outrance, la soif nous rappelle simplement qu’il est grand temps de consommer de l’eau, à défaut de quoi les effets négatifs de la déshydratation risquent de se faire ressentir.

Il est aussi pertinent de mentionner que le mécanisme de soif peut perdre de son efficacité avec l’âge, être perturbé par un trouble métabolique (comme le diabète) ou encore être induit par la prise de médicaments. D’où l’intérêt de combiner cet indicateur à d’autres outils dont un abordé dans le mythe 3.

Mythe no 3 : L’urine doit être claire comme de l’eau de roche

Vous avez probablement exagéré si votre urine ressemble à l’eau que vous venez de boire!

Si votre urine est complètement claire, cela signifie seulement que votre coupe déborde : tout ce qui entre ressort. À l’opposé, si votre urine a la couleur du jus de pomme ou est plus foncée, ou si elle dégage une forte odeur, il faut boire plus d’eau.

La couleur de l’urine est un excellent indicateur d’hydratation. Il est possible de consulter une charte de couleur d’urine comme celle que l’on retrouve dans cet article: https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-deshydratation-3237/ à titre de référence.

Mythe no 4 : La caféine déshydrate

S’il y a bien un mythe sur lequel la science a tranché, c’est celui-ci. Non, la caféine ne déshydrate pas. Une étude récente1 démontre que seules des doses de 360 mg et plus de caféine produisent un volume d’urine beaucoup plus important (une tasse de 237 ml de café filtre en contient 180 mg, alors qu’un expresso de 50 ml en contient 90 mg).

Dans une autre étude2, il a été prouvé qu’il n’existe aucune différence notable entre l’état d’hydratation d’hommes consommant de la caféine de façon régulière en modération et ceux qui ne consomment que de l’eau.

Le thé et le café s’ajoutent à vrai dire à votre consommation d’eau de la journée. Donc, puisque les études ont révélé que ces boissons chaudes ne déshydratent pas et que leur effet diurétique n’annule pas l’hydratation, vous pouvez savourer votre tasse en vous disant qu’elle aide à vous hydrater; tout en évitant d’en abuser bien sûr.

Mythe no 5 : Il est impossible de boire trop d’eau

En réalité, c’est possible. Si vous consommez trop d’eau, vous pouvez abaisser dangereusement la concentration de sodium dans votre sang. C’est ce qu’on appelle l’hyponatrémie, et vous pouvez en mourir. Cet état est plus fréquent lors des activités physiques intenses alors que le sodium et l’eau sont évacués par la sueur.

Il est important de remplacer ces deux pertes à l’aide d’une boisson de réhydratation, qui contient à la fois de l’eau et des électrolytes.

Alors que retenir de tout ça? Écoutez votre corps et sachez reconnaître les signes de déshydratation.

 

Références (Telles que consultées le 17 janvier 2021)
[1] A. P. Passmore et coll., « Renal and cardiovascular effects of caffeine: a dose-response study », Clinical Science, juin 1987
[2] Sophie C. Killer et coll., « No Evidence of Dehydration with Moderate Daily Coffee Intake: A Counterbalanced Cross-Over Study in a Free-Living Population », PLOS, 9 janvier 2014
https://www.mayoclinic.org/want-to-stay-hydrated-drink-before-youre-thirsty/art-20390077
https://www.hydrationforhealth.com/fr/outils/calculateur-dhydratation/
https://www.hydrationforhealth.com/fr/pourquoi-lhydratation/mythe-ou-r%C3%A9alit%C3%A9/
https://www.hydrationforhealth.com/fr/sciences-de-lhydratation/laboratoire-dhydratation/hydratation-humeur-et-fonctions-cognitives/
http://sitn.hms.harvard.edu/flash/2019/neuroscience-thirst-brain-tells-look-water/
https://www.hydrationforhealth.com/fr/pourquoi-lhydratation/hydratation-quotidienne/liste-hydratation-quotidienne/article-regulation-de-la-balance-hydrique/
http://www.hydrationcheck.com/myths.php

Categories Mangez mieux

Devrait-on boire l’eau du robinet?

À gauche et à droite, on nous répète sans cesse de boire suffisamment d’eau pour rester bien hydraté et en bonne santé. Mais est-ce que le type d’eau que nous consommons est important? Existe-t-il vraiment une différence entre l’eau de l’aqueduc, l’eau embouteillée, l’eau distillée, l’eau filtrée, l’eau alcaline, etc.? Y en a-t-il une plus bénéfique pour notre santé?

Notre corps a besoin d’une eau pure, saine et équilibrée, dont le pH se situe entre 6,5 et 7,5 (pH neutre). Ce qui signifie que l’eau que nous buvons ne devrait pas contenir de contaminants tels que des toxines (pesticides, métaux lourds, sous-produits de désinfection…), des substances pharmaceutiques (antibiotiques, hormones, etc.) ou des agents pathogènes (bactéries, virus, micro-organismes).

Que contient l’eau du robinet?

La qualité de l’eau provenant du robinet dépend principalement de sa source (aqueduc municipal, aqueduc privé, puits de surface, puits artésien, etc.). La plupart des eaux d’aqueduc contiennent de nombreux contaminants, notamment du fluor (qui présente de nombreux risques pour la santé1), des sous-produits du chlore (cancérigènes2) et d’autres désinfectants, des substances chimiques diverses (tel le pesticide Atrazine), des métaux lourds et même des substances pharmaceutiques 3 4 comme des hormones (œstrogènes), du Naproxen et de l’acétaminophène (Tylenol). L’eau de l’aqueduc parcoure des kilomètres de canalisations (dont certaines ne datent pas d’hier) et peuvent collecter au passage certains métaux dont le cuivre et le plomb.

Même s’il existe une réglementation gouvernementale quant à la qualité de l’eau potable, il n’en demeure pas moins que seulement 90 contaminants, molécules ou substances sont vérifiés, sur une possibilité de plus de 100 000 produits commerciaux. Ouch! Si votre eau provient d’un puits, une analyse complète en laboratoire vous permettra de voir si elle contient des agents pathogènes (les risques sont plus grands puisque l’eau n’est pas traitée), de connaître son pH et de voir si elle cache des contaminants.

Et l’eau en bouteille?

Il y a plusieurs raisons de ne pas boire l’eau embouteillée. Tout d’abord, en plus de débourser des montants considérables, nous ne sommes pas assuré d’une meilleure qualité. Certaines compagnies embouteillent de l’eau de l’aqueduc (traitée, fluorée ou déminéralisée…). Imaginez! Payer (et cher à part ça) pour la même eau qui sort de notre robinet. Ensuite, le plastique des bouteilles peut libérer des substances dans l’eau, comme le bisphénol A (lié à divers troubles de santé). Pour finir, les bouteilles d’eau sont une véritable catastrophe environnementale : les installations de recyclage ne suffisent pas toujours et le plastique se retrouve dans notre environnement (cours d’eau, forêt…).

Petit mot sur l’eau alcaline (ionisée) et l’eau distillée

L’eau alcaline (dont le pH est au-delà de 8 environ) connaît une certaine popularité. On peut la retrouver en bouteille ou la préparer soi-même à l’aide de divers appareils. Un débat subsiste dans la communauté scientifique. Selon les docteurs Josh Axe, chiropraticien, et Joseph Mercola, ostéopathe, aucune donnée probante ne lie l’eau alcaline à une meilleure santé. Ceux qui la préconisent disent que l’eau alcaline aide à neutraliser l’acidité du corps. À moins d’avoir une maladie rénale, il ne semble pas y avoir de contre-indication à la consommation occasionnelle de ce type d’eau. Toutefois, selon ces deux sommités américaines, l’eau alcaline pourrait à long terme créer un déséquilibre de l’acidité de l’estomac et entraîner une moins bonne digestion, en plus de perturber l’équilibre global du corps. Ils mentionnent que la consommation de l’eau alcaline occasionnelle ou sous forme d’une thérapie ponctuelle (pour les reflux gastriques, par exemple) peut être bénéfique. La clé? L’équilibre!

L’eau distillée constitue un autre débat. L’eau distillée ne contient pas de minéraux, ce qui devrait en faire une eau pure au pH neutre. Toutefois, plusieurs spécialistes mentionnent que les procédés de distillation de certaines compagnies (et d’autres facteurs) en font une eau généralement plus acide. Le Dr Mercola, D.O., ne recommande pas sa consommation sur une base régulière pour cette raison. D’autres experts ne la conseillent pas non plus justement parce qu’elle ne contient pas de minéraux et qu’elle peut causer des diarrhées. Mais ceux qui la défendent rapportent que la majorité des minéraux que l’on consomme proviennent des aliments et non de l’eau. Encore faut-il que l’alimentation soit saine et variée. L’eau distillée peut aussi contenir des contaminants dont le point d’ébullition se situe en-deçà de celui de l’eau.

Alors, quoi boire?

Dans un monde idéal, on boirait l’eau qui jaillit des montagnes glacées; il s’agit d’une des eaux les plus saines du monde (avec un pH d’environ 6,5). Mais voilà, nous ne demeurons pas tous dans les Rocheuses, n’est-ce pas? La solution optimale est donc la filtration. Il existe de nombreux procédés de filtration, avec leurs avantages et leurs inconvénients. En résumé :

  • Filtre au charbon actif. Le charbon actif se lie à de nombreux contaminants (chlore, plomb, mercure…) les retirant ainsi de l’eau. Toutefois, il est inefficace pour certains contaminants comme l’arsenic et le fluor. La qualité de ce type de filtre varie grandement d’une marque à l’autre.
  • Filtre de céramique. Il bloque les grosses particules et les sédiments, pas les produits chimiques.
  • Filtre échangeur d’ions. Il peut retirer les métaux lourds, les minéraux et les ions chargés pour adoucir une eau dure.
  • Filtre générateur d’ozone. L’ozone tue les bactéries et les micro-organismes, mais ne retire pas les produits chimiques.
  • Filtre à osmose inversée. Il attrape toutes les molécules plus grosses que l’eau via une membrane perméable. Ce filtre est plus efficace que le charbon actif, car il retire aussi le fluor. Il s’agit du choix de prédilection du Dr Josh Axe, D.C.

Nous retrouvons aussi sur le marché actuel des filtres qui combinent plus d’un procédé. Les filtres à eau sont offerts sous plusieurs formes dont les prix et l’entretien varient (pichet, système attenant au robinet, système pour l’ensemble de la maison…). Informez-vous des contaminants qu’ils retirent et, surtout, faites-en l’entretien régulier (changement de filtre) pour éviter la prolifération des micro-organismes.

Vous pouvez aussi chercher une source pour recueillir votre eau près de chez vous sur findaspring.com. La plupart des sources québécoises sont situées dans les Laurentides, mais on en retrouve tout de même un peu partout au Québec.

L’eau structurée : l’avenir?

M. Gerald Pollack, bioingénieur à la tête d’un laboratoire de l’Université de Washington à Seattle, révolutionne tout ce que l’on sait sur l’eau. Auteur du livre The Fourth Phase of Water, il mène plusieurs recherches sur l’eau structurée (ou l’eau vivante). L’eau structurée (aussi appelée EZ water) serait la quatrième phase de l’eau, située entre la phase liquide et la phase solide. Lorsqu’on l’observe au microscope, l’eau structurée présente des cristaux bien ordonnés (comme ceux de la neige, par exemple). Selon M. Pollack, l’eau que l’on retrouve dans nos cellules et nos tissus serait de l’eau structurée. Elle possède une charge ionique négative et a la faculté d’emmagasiner l’énergie (sous forme de biophotons) et de la restituer. Cette eau est dynamisée et agit comme une pile. L’eau froide des glaciers et celle que l’on retrouve à l’intérieur des végétaux (donc dans les jus de légumes) sont concentrées en eau structurée.

Les recherches en sont à leurs balbutiements, mais la découverte de cette phase de l’eau pourrait bien expliquer de nombreux mystères biochimiques, entre autres l’origine de l’énergie qui permet la circulation de la lymphe.

Le Dr Joseph Mercola, D.O., et, plus près de nous, le Dr Gaétan Brouillard (auteur du livre La santé repensée) s’intéressent particulièrement à ce type d’eau. Selon Mercola, pour améliorer la structure de l’eau, on peut en abaisser la température et la dynamiser en créant un vortex avec une cuillère. Les rayons infrarouges et la minéralisation sont aussi d’autres façons de rendre l’eau plus structurée. C’est pourquoi l’eau de source (très froide et minéralisée) est souvent structurée. Le Dr Brouillard propose quant à lui d’envoyer des vibrations positives à notre eau et nos aliments (un peu comme la bénédicité d’une autre époque). L’eau serait ainsi plus structurée. Malheureusement, la science ne nous permet pas de conclure hors de tout doute que l’eau structurée est bénéfique pour la santé, mais les avenues sont intéressantes.

En attendant des données plus concluantes sur l’eau structurée, on choisira une eau pure au pH équilibré. Pour ce faire, on choisit une eau de source ou de puits (qu’on aura fait analyser au préalable) ou une eau de l’aqueduc qu’on aura filtrée à la maison. Et pourquoi pas lui donner un petit coup de cuillère en la sortant du frigo (dans un contenant de verre et non de plastique)? 😉

Pour briser la monotonie

L’eau demeure le meilleur choix pour s’hydrater. Mais comment peut-elle satisfaire nos papilles en quête de plaisir et concurrencer un Kombucha hibiscus ou un jus de fruits? Ajoutez quelques tranches de citron ou de lime, 1 ou 2 gouttes d’huile essentielle d’agrumes (occasionnellement), du concombre, de la menthe poivrée ou encore quelques fruits congelés pour lui donner de la saveur.

1. Peckham S, Awofeso N. Water Fluoridation: A Critical Review of the Physiological Effects of Ingested Fluoride as a Public Health Intervention. The Scientific World Journal. 2014;2014:293019. doi:10.1155/2014/293019.

2. Société canadienne du cancer : http://www.cancer.ca/fr-ca/prevention-and-screening/be-aware/harmful-substances-and-environmental-risks/chlorinated-water/?region=qc

3. http://beta.radio-canada.ca/nouvelle/1023513/des-pesticides-et-des-produits-pharmaceutiques-dans-votre-eau-potable

4. http://www.quebecscience.qc.ca/reportage_qs/Une-eau-encore-bonne-a-boire

5. http://french.mercola.com/sites/articles/archive/2017/02/21/boire-suffisamment-d%E2%80%99eau.aspx

6. https://draxe.com/tap-water-toxicity/

7. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2011/01/29/dr-pollack-on-structured-water.aspx

8. http://faculty.washington.edu/ghp/

Categories Mangez mieux

La meilleure façon de savoir si vous buvez assez d’eau

À voir le choix qui s’offre à nous dans les épiceries et dépanneurs, nul doute que les Québécois aiment l’eau : vitaminée, aromatisée, pétillante, de source, filtrée, déminéralisée…

Qu’on se le dise, il est essentiel d’être bien hydraté. Mais comment sait-on si on l’est vraiment? En suivant la règle des 8 verres d’eau par jour? En observant la couleur de son urine? Avec toute l’information (et la désinformation) qui circule, difficile de s’y retrouver.

Pour y voir un peu plus clair, on déboulonne 6 mythes largement répandus.

Mythe no 1 : Il est nécessaire de boire 8 verres d’eau par jour.

Le corps humain est composé de 60 à 70 % d’eau. Il est donc logique de boire de l’eau pour compenser celle perdue par la sueur et l’urine. Toutefois, la consommation optimale varie d’une personne à l’autre. L’athlète, par exemple, a besoin d’une quantité bien plus importante que grand-mère qui n’a pas couru 100 mètres depuis une éternité.

Susan Yeargin, professeure adjointe en entraînement sportif à l’université de Caroline du Nord, affirme que la grande majorité des gens en santé peuvent répondre adéquatement à leurs besoins d’hydratation en se fiant à leur soif.

Mythe no 2 : La soif n’est pas un bon indice d’hydratation.

La soif est en fait un excellent indicateur des besoins d’hydratation, probablement le meilleur indice pour savoir si vous devez consommer plus d’eau ou pas. Longtemps on a cru que la soif indiquait un état de déshydratation et qu’il fallait boire avant de ressentir la soif. On sait maintenant que l’on peut généralement se fier à ce que notre corps nous dit. Toutefois, si vous avez la peau et les lèvres sèches ou encore si votre urine est très foncée, pensez à boire davantage.

Mythe no 3 : Il est impossible de boire trop d’eau.

En réalité, c’est possible. Si vous consommez trop d’eau, vous pouvez abaisser dangereusement la concentration de sodium dans votre sang. C’est ce qu’on appelle l’hyponatrémie, et vous pouvez en mourir. Cet état est plus fréquent lors des activités physiques intenses alors que le sodium et l’eau sont évacués par la sueur. Il est important de remplacer ces deux pertes à l’aide d’une boisson de réhydratation, qui contient à la fois de l’eau et des électrolytes. (Voir recette plus bas.)

Mythe no 4 : La caféine déshydrate.

La caféine a effectivement un léger effet diurétique, c’est-à-dire qu’elle peut occasionner le besoin d’uriner, mais ce n’est rien de dramatique. Une étude récente1 démontre que seules des doses de 360 mg et plus de caféine produisent un volume d’urine beaucoup plus important (une tasse de 237 ml de café filtre en contient 180 mg, alors qu’un expresso de 50 ml en contient 90 mg). De plus, si vous faites de l’activité physique après avoir consommé de la caféine, l’effet diurétique est complètement annulé. Dans une autre étude2, il a été prouvé qu’il n’existe aucune différence notable entre l’état d’hydratation d’hommes consommant de la caféine de façon régulière en modération et ceux qui ne consomment que de l’eau.

Le thé et le café s’ajoutent à vrai dire à votre consommation d’eau de la journée. Donc, puisque les études ont révélé que ces boissons chaudes ne déshydratent pas et que leur effet diurétique n’annule pas l’hydratation, vous pouvez savourer votre tasse en vous disant qu’elle aide à vous hydrater!

Mythe no 5 : L’urine doit être claire comme de l’eau de roche.

Vous avez probablement exagéré si votre urine ressemble à l’eau que vous venez de boire!

Mme Yeargin dit que si votre urine est complètement claire, cela signifie seulement que votre coupe déborde : tout ce qui entre ressort. À l’opposé, si votre urine a la couleur du jus de pomme ou est plus foncée, ou si elle dégage une forte odeur, il faut boire plus d’eau.

Mythe no 6 : Boire beaucoup d’eau permet de détoxifier son corps.

Ce mythe est un peu moins simple. D’un côté, il est important d’évacuer les toxines de vos reins, mais d’un autre côté, vous ne voulez pas boire de l’eau au point de surcharger vos reins.

Dr Stanley Goldfarb, professeur de médecine à la division du rein, des électrolytes et de l’hypertension à l’école de médecine Perelman de l’université de Pennsylvanie, fait savoir qu’il n’existe aucune preuve qu’un excès d’eau rend votre corps plus propre. En fait, boire trop d’eau peut légèrement diminuer la capacité des reins de filtrer le sang.

Alors que devez-vous retenir de tout ça? Écoutez votre corps! Si vous avez chaud ou si vous faites de l’activité physique, buvez plus d’eau. Si vous avez soif, buvez plus d’eau. Si vous avez envie d’un café, ne vous sentez pas coupable, vous vous hydratez tout de même. Et vous pouvez arrêter de regarder dans la toilette si votre urine est claire. Buvez de l’eau lorsque vous sentez le besoin de vous hydrater, tout simplement!

 

Petit extra : recette de boisson de réhydratation maison

Vous partez pour une longue course à pied ou une randonnée en vélo? Préparez cette petite boisson pour emporter. Elle vous permettra de rester hydraté tout en vous fournissant les électrolytes nécessaires.

Presser le jus d’un citron, d’une lime et d’une orange dans 2 tasses d’eau de coco (non fait de concentré et sans sucre ni colorant ajouté). Ajouter 1/8 de cuillère à thé de sel et 1 à 2 cuillères à table de miel, de sirop d’érable ou de sucre. Bien mélanger. (Recette de Dr Low Dog, Prevention, septembre 2016)

 

 

Références

[1] A. P. Passmore et coll., « Renal and cardiovascular effects of caffeine: a dose-response study », Clinical Science, juin 1987

[2] Sophie C. Killer et coll., « No Evidence of Dehydration with Moderate Daily Coffee Intake: A Counterbalanced Cross-Over Study in a Free-Living Population », PLOS, 9 janvier 2014

Article original : spinalresearch.com

Categories Mangez mieux

Recette santé instantanée : Ajoutez simplement de l’eau !

Votre corps est conçu pour être en santé. Et quand on parle de santé, la meilleure définition est la fonction cellulaire optimale. Si vous fournissez les éléments nécessaires au fonctionnement des cellules et que vous évitez les éléments toxiques, vous mettez toutes les chances de votre côté pour réaliser votre véritable potentiel de santé. Tout en haut de la liste des éléments essentiels : l’eau.

N’attendez pas d’avoir soif

L’eau joue un rôle crucial dans pratiquement toutes les fonctions de votre corps, notamment la digestion, la circulation, la respiration et la guérison. Si l’on souffre de déshydratation, on compte parmi les symptômes la constipation, les étourdissements, la fatigue et les problèmes de peau/cheveux/ongles.

Toutefois, il ne faut pas considérer l’eau comme un traitement contre la déshydratation ni comme un moyen d’éviter la constipation. L’hydratation doit plutôt faire partie intégrante d’un mode de vie sain. L’air n’est pas plus une cure contre la suffocation que l’eau en est une pour la soif. Idéalement, vous ne devriez que rarement, sinon jamais, ressentir la soif. Vous devez simplement boire de l’eau – en boire souvent.

Faites le plein

Le besoin quotidien en eau varie selon votre poids. En règle générale, on peut appliquer le principe suivant : consommez au moins 50 % de votre poids (en livres) en onces d’eau.

Cependant, toutes les eaux ne se valent pas. Vous devriez idéalement privilégier la consommation d’eau purifiée. Il est possible de débarrasser l’eau de votre robinet des éléments indésirables qui s’y retrouvent à l’aide, par exemple, d’un osmoseur.

Vous cherchez un moyen d’augmenter facilement votre consommation d’eau? Procurez-vous une gourde en acier inoxydable ou en verre; trouvez un modèle qui vous plaît et que vous aurez envie d’avoir avec vous en tout temps.

Et, comme si vous aviez besoin d’une raison supplémentaire pour consommer fruits et légumes en abondance : eux aussi regorgent d’eau et contribuent à l’hydratation de votre corps.

 

Evaluations Google
5.0
js_loader